Se connecter S’abonner

Banques : légère augmentation des frais bancaires en 2022

Les frais bancaires vont connaître une légère hausse l’an prochain, en-dessous des prix de l’inflation, selon une étude.

frais bancaires
Crédit : iStock.

C’est plutôt une bonne nouvelle pour les consommateurs : les tarifs bancaires ne devraient pas trop augmenter l’an prochain. Selon l’étude de meilleurebanque.com, les frais pratiqués par les établissements seront légèrement plus hauts en 2022. « Au regard de l’inflation annuelle qui risque d’être plus élevée que d’habitude, la hausse sera en deçà de l’augmentation des prix à la consommation », confie au Parisien Maxime Chipoy, responsable du comparateur en ligne. « Elle reste contenue et se révélera moins forte que ces dernières années », explique l’expert. 

Pour quelles raisons les banques comptent-elles ne pas trop augmenter les frais bancaires ? En raison de la concurrence : les établissements traditionnels souhaitent garder leurs meilleurs clients, qui peuvent souscrire à différents produits (crédit immobilier, épargne, assurance…). « C’est pour cela que les tarifs des cartes premium n’évoluent pas, voire baissent dans le cas des CB à débit immédiat », précise encore à nos confrères Maxime Chipoy. 

Augmentation des frais de tenue de compte

Mais les banques devraient se rattraper ailleurs, sur d’autres opérations. Par exemple, la réédition du code secret, dont le tarif « grimpe de 4,49% », avance l’expert de meilleurebanque.com. Les opérations réalisées en agence et qui peuvent se faire à distance sont aussi plus chères, notamment les virements occasionnels, qui augmentent de 3,60% en 2022 en moyenne. Les virements permanents voient leurs tarifs augmenter de 1,47%. Pour le responsable du comparateur en ligne, « la vraie question à se poser est : ‘Est-ce que j’utilise mon agence bancaire ?’ Cela rassure beaucoup de monde, mais ils n’y vont jamais. Or, ça leur coûte 100, 150 voire 200 euros par an », précise-t-il au quotidien. Encore une fois, la banque en ligne coûte moins cher, surtout si le numérique ne fait pas peur.

Concernant les frais de tenue de compte, ils vont grimper l’an prochain. Selon le comparateur, 24 banques ont pratiqué une hausse, de 3,61% en moyenne. La Banque Postale fait partie des établissements qui ont le plus fait augmenter ces frais, de 14,40 euros à 16,80 euros par an. « Le problème de fond, c’est qu’on ne connaît toujours pas quel service il y a derrière. Là-dessus, les banques en ligne se démarquent, puisqu’aucune n’inflige ces frais aux clients », explique Maxime Chipoy.

Hausse des prix des chéquiers

Par ailleurs, les banques traditionnelles inciteraient leurs clients à utiliser le digital, en augmentant considérablement le prix des chéquiers. Le prix de leur envoi par courrier connaît ainsi une hausse de près de 5% en moyenne, et l’émission d’un chèque de banque de plus de 5% (5,18%). En effet, il coûte cinquante fois plus cher à traiter pour une banque, qu’un virement ou qu’un paiement par carte, soulignent nos confrères. Pourtant, le nombre de transactions par chèque a baissé pour atteindre 1,2 milliard aujourd’hui, soit trois fois moins qu’il y a vingt ans selon la Banque de France. D’après Maxime Chipoy, « on observe la même tendance pour les retraits gratuits qui peuvent être réalisés chez une autre banque. Vous pouvez en faire de moins en moins et ils coûtent plus cher, 0,5 ou 0,25 centime d’euro par retrait ».

Autres frais bancaires qui augmente, les frais périodiques, facturés lors de la mise en place d’un découvert autorisé : +8% en 2022 selon meilleure.banque.com. « Il faut bien évaluer sa situation avant d’en solliciter un auprès de son banquier. Il serait dommage de payer 15, 20 voire 50 euros par an, pour un découvert que l’on n’utilise pas… », argumente Maxime Chipoy auprès du Parisien.