Se connecter S’abonner

Assurances : les assurés pourraient demander bien plus

De nombreux assurés ne sont font pas correctement indemniser, et passent à côté de ce qu’ils pourraient réclamer du fait de la complexité juridique de leurs contrats ou des lourdeurs administratives.

assurance vie
Crédit : iStock.

Les Français pourraient demander davantage auprès de leurs assureurs. C’est le constat de la startup Lyanne et du cabinet de conseil Julhiet Sterwen et Happydemics*, chiffres à l’appui. Si les assureurs versent en moyenne 40 milliards d’euros par an à leurs assurés, en règle générale, les Français ne perçoivent qu’une part trop faible des indemnités pourtant dues par leurs assureurs. En cause notamment, la complexité juridique ou les lourdeurs administratives, mais aussi une méconnaissance des contrats et des recours existants pour les assurés, pointe la startup.

Ainsi, 56% des Français n’ont pas le réflexe de faire appel à leur assureur pour des petits sinistres du quotidien, comme par exemple l’intervention d’un serrurier, qui peut être assurable dans certains cas. Par ailleurs, 36% des Français ayant eu un sinistre ont initié des déclarations de sinistres sans aller jusqu’au bout des démarches, toujours selon l’étude.

« Lourdeurs administratives »

Ceux qui ont rebroussé chemin mettent en avant en premier les « lourdeurs administratives » (32%), devant l’absence de garantie du sinistre (30%) et la demande « hors délai ». En outre, ils sont un tiers à avoir essuyé un refus de la part de leur assureur, quand un sur cinq était quand même couvert. De manière générale, 45% de ceux qui ont eu un sinistre disent ne pas connaître les recours possibles en cas de désaccord avec leur assureur. Seuls 27% sont ainsi au courant de l’action du médiateur de l’assurance.

Entre autres solutions, Lyanne propose notamment un outil en ligne gratuit analysant les contrats d’assurance et qui « détecte les doublons » entre eux pour faire des économies. Si une erreur est trouvée, la fintech, « payée aux résultats« , peut être missionnée pour aller chercher les économies.

*Étude réalisée en septembre 2021 auprès d’un échantillon de 1142 répondants au niveau national, représentatifs en âge et genre, et publiée en décembre 2021.