Se connecter S’abonner

Frais bancaires : des hausses régulières, mais limitées

Selon l’étude annuelle de l’Observatoire des tarifs bancaires (OTB) publiée mercredi 16 février, les tarifs pratiqués par les banques augmentent régulièrement, mais de façon limitée.

Frais bancaires
Crédit: iStock.

Pour réaliser son étude annuelle, l’Observatoire des tarifs bancaires (OTB) a étudié 101 banques à réseau et huit banques en ligne. Publiée mercredi 16 février, elle liste les frais bancaires en baisse, stables, et ceux en hausse. Un seul est moins élevé au 5 janvier 2022 qu’au 31 décembre 2021. Il s’agit de l’abonnement à des services de banque à distance (Internet, téléphone fixe, SMS, etc.). Après avoir baissé de 2,53% (-0,02 euro) entre le 31 décembre 2020 et le 31 décembre 2021, il fond, cette fois de 3,90 % (-0,03 euro).

Les tarifs stables

L’étude chiffre à six les frais bancaires dont le montant est stable. Parmi eux, deux sont gratuits : le prélèvement (paiement d’un prélèvement SEPA) et le virement par Internet, à condition qu’il soit occasionnel. Quant aux tarifs liés à la commission d’intervention, au prélèvement avec mise en place d’un mandat de prélèvement SEPA, leurs tarifs n’évoluent pas, comme ceux des retraits d’espèces réalisés dans la zone euro à un distributeur automatique d’un autre établissement, avec une carte de paiement internationale. Il en va de même pour un abonnement à des produits offrant des alertes sur la situation du compte par SMS – coût unitaire.

Les frais bancaires en hausse

Sept tarifs pratiqués par les banques sont plus élevés que l’année passée. Selon l’étude, tous étaient déjà en progression entre le 31 décembre 2020 et le 31 décembre 2021, ce qui permet de constater des augmentations régulières sur certains services. La cotisation à une offre d’assurance perte ou vol des moyens de paiement a augmenté de 0,08 % (0,02 euro). Il s’agit de la progression la plus lente. En effet, les frais bancaires pour obtenir une carte de débit (carte de paiement internationale à débit différé) sont désormais plus élevés de 0,33 % (0,14 euro). Ceux d’un abonnement à des produits offrant des alertes sur la situation du compte par SMS affichent un coût forfaitaire plus important de 0,93% (0,17 euro). Suivent les tarifs d’obtention d’une carte de débit pour carte de paiement internationale à débit immédiat (+ 1,21%, soit 0,51 euro) et de tenue de compte (1,52%, soit 0,32 euro). Les prix pratiqués pour avoir une carte de débit (carte de paiement à autorisation systématique) sont, quant à eux, plus élevés de 1,73% (0,53 euro), quand ceux d’un virement occasionnel réalisé en agence bondissent de 2,27 % (0,10 euro).

Une première

Face à ces observations, l’OTP souligne que « pour la première fois » depuis qu’il a été créé en 2011, « la cotisation annuelle moyenne de la carte de paiement internationale à débit immédiat a dépassé celle de la carte de paiement internationale à débit différé ». Il souligne également que l’offre de cartes à autorisation systématique s’est étoffée. Enfin, il annonce que le nombre moyen de retraits déplacés gratuits par mois s’est réduit. Il est passé de 3,31 à 2,97. Entre le 31 décembre 2020 et le 31 décembre 2021, leur nombre moyen avait déjà diminué, passant alors de 3,41 à 3,31.