Se connecter S’abonner

Quels sont les tarifs bancaires en hausse en 2022 ?

Les principaux tarifs bancaires français n’ont pas baissé cette année, selon le relevé de l’Observatoire des tarifs bancaires (OTB) rendu public mercredi.

Sur les 14 tarifs scrutés par l’OTB, huit sont stables ou quasi stables en 2022, cinq sont en hausse et un seul est en baisse (l’abonnement à des services de banques à distance, qui passe de 19 centimes à 18 centimes par an).

La hausse la plus importante (+5,32%) revient au coût d’un virement réalisé en agence. Ce dernier est facturé en moyenne 4,55 euros. Deux services de base sont également en hausse: les frais de tenue de compte (+4,33%) et ceux de mise à disposition d’une carte de paiement à débit immédiat (+1,19%). Au 5 janvier 2022, il fallait compter en moyenne 20,23 euros par an pour le service de tenue de compte – soit 2,5 fois plus qu’il y a dix ans – et 42,46 euros par an pour une carte de paiement Visa ou Mastercard à débit immédiat (+12% en 10 ans).

Tarifs en hausse de 1,5% sur un an

Parallèlement aux tarifs « à la carte », l’Observatoire des tarifs bancaires a regardé les forfaits ou offres groupées de services (OGS).  Il faut compter en moyenne une cotisation annuelle de 92,71 euros dans une banque de réseau pour un pack de base (carte bancaire, tenue de compte, émission et réception de virements, chéquier…)

Mais ce tarif est encore loin du coût réel d’une banque à l’année. L’étude menée par le comparateur Panorabanques début 2022 montrait que les tarifs bancaires s’élevaient en moyenne à 219,90 euros par an, un coût en hausse de 1,5% par rapport à l’année précédent.

Des frais qui gonflent la facture

De multiples frais viennent en effet gonfler la facture : commissions d’intervention en cas d’incidents de rejet de chèques ou de virements (7,35 euros en moyenne), remplacement d’une carte bancaire avant l’échéance (11,09 euros), frais fixes à partir du quatrième retrait d’espèces dans un distributeur automatique autre que ceux de sa propre banque (1,01 euro par retrait supplémentaire), etc.

« Les clients des banques peuvent, à un prix modéré, accéder à un service de proximité, souvent physique par le biais des agences, et aussi digital pour exécuter les opérations les plus simples en autonomie, à tout moment », a réagi la Fédération bancaire française (FBF), le lobby bancaire français.

En septembre, Bercy a obtenu des banques qu’elles n’augmentent pas de plus de 2% leurs tarifs l’an prochain et qu’elles passent de 3 à 1 euro par mois « l’offre clientèle fragile, des gestes insuffisants », selon les associations de consommateurs.