Mieux Vivre Votre Argent

Une étude estime à 410 milliards d’euros le coût des abus payés par les banques

Entre 2008 et 2018, les vingt plus grandes banques mondiales auraient payé des coûts de 410 milliards d’euros (soit 377 milliards de livres sterling) en raison d’abus, ce qui inclut « les sanctions, les jugements, les décisions contre la banque, la restitution du profit et les coûts de rachat de titres au pair et d’actions privées en lien avec l’inconduite », indique le Centre for Banking Research (CBR). Ce dernier est rattaché à la Business School, située à Londres et anciennement baptisée Cass Business School, dans le cadre d’un projet « qui analyse les raisons, l’étendue et les coûts de l’inconduite » des plus grandes banques européennes et américaines.

Lancé en 2012, ce projet est co-financé par l’association euro-méditerranéenne des économistes (EMEA) pour « promouvoir la transparence au sein des activités financières », précise le communiqué. D’après ce rapport publié en septembre 2020, « les banques américaines ont versé 202,5 milliards de livres sterling » (plus de 220,4 milliards d’euros), c’est-à-dire plus de la majorité des coûts dépensés (55%). Celles du Royaume-Uni ont payé 86,09 milliards de livres (plus de 93,7 milliards d’euros), les banques de la zone euro ont versé, elles, 41,31 milliards de livres (près de 45 milliards d’euros) et les banques suisses ont déboursé 40,19 milliards de livres (plus de 43,7 milliards d’euros).

BNP Paribas et Société Générale dans le classement

Pour la période 2014-2018, les banques les moins bien classées (qui ont le plus payé de coûts) par le CBR étaient Royal Bank of Scotland (RBS), Bank of America (BAC), Lloyds Banking Group (LBG), Deutsche Bank (DB) et Barclays. Les mieux classées (soit celles qui ont payé le moins de coûts) étaient ING Group (ING), Standard Chartered (SC), Santander (SAN), Commerzbank (CBK) et enfin National Australia Bank Group (NAB). BNP Paribas est dixième dans ce classement avec 10,66 milliards de livres sterling payées, soit 11,6 milliards d’euros. La Société Générale est quinzième, avec 5,05 milliards de livres sterling payées, soit presque 5,5 milliards d’euros. Le rapport note cependant que les coûts ont baissé entre 2014 et 2018 par rapport à la période comprise entre 2012 et 2016.

>> Les grandes banques mondiales malmenées en Bourse après une enquête sur le blanchiment (s’ouvre dans un nouvel onglet) »>A LIRE >>> Les grandes banques mondiales malmenées en Bourse après une enquête sur le blanchiment

De plus, toujours selon ce rapport du CBR, environ 60% des 410 milliards d’euros payés par ces vingt plus grandes banques mondiales ont été octroyés « à des réparations imposées par la règlementation », soit pour « réparer des jugements antérieurs ou mieux se conformer aux règlementations ». Il s’agit de frais engagés en raison de violations des règlements liés « à l’intégrité professionnelle (ce qui a affaibli la confiance envers les banques) ou par l’inconduite des entreprises », indique encore le communiqué.