Se connecter S’abonner

Electricité : François de Rugy confirme la hausse cet été mais pas le taux

Après avoir fait comprendre la semaine dernière que l’augmentation serait inévitable, le ministre de la Transition écologique et solidaire a confirmé que l’électricité augmentera d’ici trois mois.

Ampoule électricité compteur linky
Crédit: iStock.

Un feuilleton qui n’en finit plus. Lundi 1er avril, alors qu’il était invité à l’émission « Audition publique » sur LCP/Public Sénat, le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy s’est exprimé sur l’augmentation de l’électricité : « Il y aura pendant l’été, (…) parce qu’on ne peut pas infiniment repousser les choses, cette hausse ». Celle-ci concerne le tarif réglementé de l’électricité, le tarif Bleu d’EDF, appliqué à 25 millions de clients.

Suspense sur le pourcentage d’augmentation

Reste à savoir quel pourcentage va être retenu. Sur le plateau de l’émission, François de Rugy a rappelé que la préconisation de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) était de 5,9%, sans pour autant confirmer que c’est ce que le gouvernement retiendra. « Je ne vais pas démentir ce qu’a dit la Commission de régulation de l’énergie. Je dis simplement que comme cela avait été fait au début de cette année, cela sera confirmé par la Commission de régulation de l’énergie cet été », a fait remarquer François de Rugy.

A LIRE >>> Méfiez-vous des économies promises sur vos factures d’électricité

Selon Europe 1 et Le Parisien, le ministère s’alignera derrière la CRE. « Nous nous étions engagés à ne pas entériner cette hausse pendant l’hiver, période où la consommation est la plus élevée afin d’en limiter l’effet sur le pouvoir d’achat des Français. Mais passé le délai, nous ne pouvons nous opposer à la recommandation de la CRE », a fait savoir le cabinet du ministre.

Une hausse injustifiée

La semaine précédente, l’Autorité de la concurrence s’était invitée dans le débat en déconseillant au gouvernement d’appliquer le pourcentage d’augmentation proposé par la CRE. Selon elle, cette augmentation n’était pas due à une hausse des coûts de fourniture d’EDF, ce qui est censé être le cas, mais plus une façon de maintenir les concurrents d’EDF à flot.

L’Autorité demandait donc à la CRE, via le gouvernement, de proposer une nouvelle délibération. Un avis partagé par le médiateur de l’énergie qui a déclaré que le gouvernement « prend le risque de cautionner une hausse qui pourrait s’avérer injustifiée ». L’association nationale de défense des consommateurs et usagers CLCV entend déjà saisir le conseil d’Etat si le gouvernement suit la CRE.