Se connecter S’abonner

Passer par des sites de revente de billets de places de spectacles ou de rencontres sportives, une mauvaise idée ?

Huit organisations membres du Bureau européen des unions de consommateurs lancent ce jeudi une campagne de prévention contre les plateformes non-autorisées qui revendent des billets de spectacles ou d’événements sportifs.

Faux sites administratifs DGCCRF
Crédit: iStock.

C’est un problème qui se répand rapidement en Europe : celui des billets achetés sur le marché en ligne de deuxième main. Pour tenter d’alerter sur ce phénomène, des associations de consommateurs ont lancé une campagne de prévention ce jeudi. Le but : sensibiliser sur les risques d’utilisation des sites non agréés de revente de billets. Selon Ouest-France, le Bureau européen des unions de consommateurs (Beuc), vise notamment les sites comme Viagogo, poursuivi en justice dans plusieurs pays d’Europe, StubHub ou Mywayticket.

La campagne, lancée par huit organisations membres du Beuc, diffuse trois vidéos expliquant les risques de ces plateformes. Selon elles, les principaux problèmes sont le prix gonflé des billets revendus ou le fait de ne pas pouvoir entrer dans l’enceinte du spectacle ou de la rencontre sportive, soit parce que le billet était nominatif, soit parce que l’organisateur n’accepte pas les billets achetés sur les plateformes non-autorisées.

Limiter les prix de revente

Les organisations de consommateurs dénoncent également les pratiques des plateformes en ligne : elles ont en effet pour habitude d’acheter des places en masse, dès l’ouverture de la billetterie d’un événement, pour les revendre ensuite, souvent à l’aide de systèmes automatisés, plus cher. BFMTV explique que ces pratiques empêchent le public d’acheter un billet à son prix d’origine. Une pratique qui est illégale au Danemark ou en Belgique, les deux pays interdisant la revente de billet à un tarif plus cher que le prix initial. Mais il n’existe pas de réglementation commune à l’échelle européenne pour défendre les consommateurs. Cette mesure n’est pas appliquée partout en Europe, la France ne fixant pas de limites dans ce domaine.

A LIRE >>> Le Louvre se transforme en Airbnb : voici comment en profiter

Les organisations de consommateurs européennes dispensent également quelques conseils pour éviter les arnaques de ces plateformes : vérifier que le site est un revendeur autorisé et se méfier des affirmations affichées sur ces sites, comme les mentions « plus que quelques billets disponibles », qui sont, selon le Beuc, « souvent des arnaques ». Par ailleurs, les associations conseillent de se renseigner si des restrictions particulières régissent l’entrée de l’événement pour lequel vous avez acheté le billet pour éviter de vous retrouver à la porte du concert que vous aviez réservé.