Se connecter S’abonner

RSA, prime d’activité : ce qui change en novembre

Désormais, trois revenus n’entrent plus en compte dans le calcul du Revenu de solidarité active (RSA) et de la prime d’activité.

C’est une bonne nouvelle pour les bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA) et de la prime d’activité. Depuis le jeudi 5 novembre, date de la publication au Journal officiel du décret n° 2020-1343, certains revenus jusque-là pris en compte dans le calcul de leur montant en sont exclus.

C’est le cas de la prestation de compensation du handicap (PCH). Et cela vaut pour l’ensemble de ses éléments, les charges apportées par les aidants familiaux incluses. Il en va de même pour la somme perçue au titre du dédommagement par l’aidant familial dans le cadre de la PCH. Enfin, l’allocation journalière du proche aidant n’est elle aussi plus prise en compte.

Pour ce qui est de la prime d’activité, seules les deux dernières prestations ne sont plus prises en considération. Pour mémoire, la prime d’activité vise à inciter les travailleurs salariés ou indépendants, disposant de ressources modestes, à exercer ou reprendre une activité professionnelle et à soutenir leur pouvoir d’achat. Pour en bénéficier, il faut, notamment, avoir plus de 18 ans, exercer une activité professionnelle ou être indemnisé au titre du chômage partiel ou technique.

Des simulateurs

Quant au revenu de solidarité active (RSA), il assure aux personnes sans ressources un niveau minimum de revenu qui varie selon la composition du foyer. Le RSA est ouvert, sous certaines conditions, aux personnes d’au moins 25 ans et aux jeunes actifs de 18 à 24 ans s’ils sont parents isolés ou justifient d’une certaine durée d’activité professionnelle.

Pour ces deux prestations, des simulateurs vous permettent d’estimer le montant auquel vous pourrez prétendre. Celui pour le RSA est disponible sur le site service-public.fr, celui pour la prime d’activité sur celui de la Caisse d’allocations familiales : caf.fr.