Se connecter S’abonner

5G : appel à la prudence de la CLCV, qui attaque en justice Orange et SFR

Alors que la commercialisation de la 5G débute en France, l’association Consommation logement et cadre de vie (CLCV) invite les consommateurs à prendre leur temps avant de changer de forfait mobile. Elle a également attaqué en justice SFR et Orange.

5G
Crédit: iStock.

La 5G continue de susciter des interrogations. Et pas seulement en matière d’environnement et de santé. Dans un communiqué publié mercredi 23 décembre, l’association Consommation, logement et cadre de vie (CLCV) appelle à prendre son temps avant de se ruer sur les offres 5G proposées par les opérateurs. Alors que 73% des Français qu’elle a interrogés se déclarent très satisfaits ou plutôt satisfaits de leur réseau téléphonique actuel, elle rappelle que la 5G, est – pour le moment – une réalité très hétérogène. Le coût et les obligations des nouveaux forfaits la font également bondir. Ces points, mis bout à bout, ont décidé CLCV à attaquer Orange et SFR en justice.

Le lancement de la 5G vient de débuter en France et devrait s’achever en 2030. Certains devront donc encore patienter avant de profiter d’une bonne couverture. Pourtant, les forfaits 5G proposés par les opérateurs promettent d’ores et déjà un débit internet supérieur. « Mais, ici encore, tous les clients ne seront pas logés à la même enseigne. Selon la fréquence utilisée par les opérateurs (…) le débit ne sera pas le même. Il sera plutôt réduit pour la bande 700MHz et plus important pour la bande 3,5GHz. Et ces données doivent encore être modulées par le fait que plus le nombre d’utilisateurs du réseau augmente et plus cela impacte négativement le débit effectif », explique l’association. 

La nécessité de mieux informer

Ces représentants pointent également du doigt les prix plus élevés des offres 5G que ceux des forfaits 4G. Le mécontentement est d’autant plus fort qu’ils s’accompagnent d’un engagement minimum avant de pouvoir changer d’opérateur. Un lien qui empêche le consommateur de faire jouer la concurrence en cas de mécontentement.

La CLCV estime également que les consommateurs devraient bénéficier d’une information claire, notamment sur la disponibilité effective du service, avant de changer de forfait. Pour cela, elle demande l’adoption d’un texte contraignant renforçant l’information précontractuelle et contractuelle des consommateurs.