Se connecter S’abonner

Le surendettement a baissé en 2020

S’il est en baisse, en France, depuis plusieurs années, le surendettement des ménages atteint une chute record en 2020, avec – 24% de dossiers par rapport à 2019.

Inflation
Crédit : iStock.

Contre toute attente, le surendettement des ménages a baissé en 2020, année pourtant marquée par une crise sanitaire qui a mis en difficulté financière de nombreux ménages. Au total, 108.731 dossiers de surendettement ont été déposés auprès de la Banque de France l’année dernière, contre 143.080 en 2019, soit une baisse de 24 %, rapportent Les Échos. La part de ménages ayant effectué pour la première fois des demandes de report, de rééchelonnement et d’effacement de dette est également en baisse : ils étaient 61.201 en 2020, contre 81.000 en 2019.

Cette tendance à la diminution du surendettement est observée depuis cinq ans, et permise par des lois qui ont notamment réduit la part de crédits à la consommation dans le surendettement, indiquent Les Échos. Mais en 2020, cette courbe bat tous les records puisque le surendettement n’a jamais été aussi bas depuis l’entrée en vigueur de la loi Neiertz qui vise à prévenir et à accompagner les ménages se trouvant dans cette situation, en 1990.

Le confinement a entraîné une baisse de dépôts de dossier

Ces résultats s’expliquent par les mesures sanitaires. « Nous avons constaté un grand creux de dépôts de dossier au printemps de l’année dernière, lié au confinement », avait en effet expliqué le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, à la mi-janvier, rapportent Les Echos. « Les gens n’avaient pas conscience que les agences de la Banque de France étaient encore ouvertes », a confirmé Pauline Dujardin, porte-parole de l’association de lutte contre le surendettement Crésus, au quotidien économique. Elle ajoute que si les visites des ménages ont chuté pendant les confinements, elles n’ont pas fait l’objet de rattrapage par la suite.

De plus, les confinements successifs et autres mesures sanitaires ont entraîné une baisse de la consommation, ce qui a permis à certains Français de faire des économies. « Paradoxalement, les mesures étatiques qui ont pesé sur le confinement ont permis aux ménages d’épargner un peu plus, ce qui a amélioré leur capacité de remboursement », indique un banquier au journal économique.

La vigilance reste de mise, prévient toutefois la Banque de France. Elle assure aux Échos rester « extrêmement mobilisée » et « extrêmement attentive ». L’arrêt des aides aux entreprises pourrait changer la donne.