Se connecter S’abonner

Vaccin contre le Covid-19 : les frais de transport seront pris en charge pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer

Sous réserve d’une prescription médicale, le transport des personnes n’arrivant pas à se déplacer seules sera entièrement pris en charge jusqu’au centre de vaccination contre le Covid-19.

vaccin
crédit: istock.

C’est une bonne nouvelle pour bien des seniors, notamment. Le décret n° 2021-182, publié au Journal officiel du vendredi 19 février prévoit la prise en charge intégrale du transport jusqu’au centre de vaccination contre le covid-19 dès le samedi 20 février. Pour bénéficier de cette « prise en charge assortie d’une dispense d’avance de frais », il faudra cependant que le transport fasse l’objet d’une prescription médicale. Dans ce cas, l’Assurance maladie prendra aussi bien en charge les déplacements par ambulance que ceux par transport assis professionnalisé.

A noter, également, que le trajet couvert est limité à celui entre le domicile de la personne à mobilité réduite et le centre de vaccination le plus proche. Habituellement, le remboursement des frais de transport pris en charge par l’Assurance Maladie est de 65% ou, dans certains cas, 100% comme les personnes souffrant d’une affection longue durée (ALD), les femmes enceintes ou lors de l’hospitalisation d’un nouveau-né, etc., précise son site Internet.

Le vaccin gratuit pour tous

Quant au vaccin, il est gratuit pour tous. A cette fin, le gouvernement a prévu 1,5 milliard d’euros dans le budget de la Sécurité sociale pour 2021 à cet effet. Alors que le déficit de la Sécurité sociale devait dépasser les 50 milliards d’euros à la fin de 2020, les mutuelles ont accepté, en septembre dernier, de lui verser une « contribution exceptionnelle ».

Le ministère de l’Économie et des Finances estimait alors que les complémentaires santé avaient économisé plus de 2,6 milliards d’euros, pendant le confinement. De l’argent épargné en raison de l’arrêt de certains soins par les assurés. C’est pour cela qu’elles ont donné leur accord pour verser une contribution d’1,5 milliard d’euros environ.