Se connecter S’abonner

Budget : la perte d’un emploi est plus difficile pour les personnes seules

Le couple s’en sort mieux financièrement en cas de perte d’emploi qu’une personne seule, mais il est plus fragilisé si c’est l’homme qui est au chômage, selon l’Insee.

Crédit: iStock.

La perte d’un emploi peut plonger un foyer dans une situation précaire. Ainsi, le niveau de vie baisse en moyenne de 4% l’année du passage au chômage, selon une étude de l’Insee publiée le 31 mars qui se base sur des données collectées entre 2011 et 2015. S’il rebondit ensuite pendant deux ans, grâce notamment aux mécanismes de protection sociale, il ne retrouve pas son niveau antérieur. Mais ce qui est inquiétant c’est le basculement sous le seuil de pauvreté, qui concerne 11% des personnes l’année de la perte d’emploi, et 15% au total l’année suivante. Le seuil de pauvreté monétaire se situe lorsque le niveau de vie est inférieur à 60% du niveau de vie médian, soit 1.015 euros par mois pour une personne seule en 2015. A titre de comparaison, 3% de l’ensemble des salariés basculent sous ce seuil chaque année.

Toutefois, le fait d’être en couple amortit le choc de la perte de travail.  Ainsi, les personnes seules perdent en moyenne 15% de leur niveau de vie, alors que les couples perdent 3% en moyenne. 24% d’entre elles passent sous le seuil de pauvreté, note l’Insee. Ce sont les hommes qui perdent le plus : jusqu’à 16% de leur niveau de vie, contre 14% pour les femmes seules. Le statut du couple fait varier la perte du niveau de vie : lorsqu’une personne perd son emploi et que son conjoint est déjà au chômage, ils perdent 10%, contre 1% si l’autre travaille. Le risque de passer sous le seuil de pauvreté est « près de quatre fois plus faible lorsque le conjoint est en emploi (4% contre 15%) » note l’Insee. Concernant les plus jeunes, ils voient leur vulnérabilité monétaire accentuée, puisqu’ils perçoivent des salaires plus faibles en début de carrière. Enfin, le niveau de vie des familles monoparentales diminue de 7% en cas de perte d’emploi.

Inégalités salariales entre l’homme et la femme

Autre enseignement de cette étude, la perte d’emploi de l’homme, au sein d’un couple de sexe différent, fragilise davantage le niveau de vie, que la perte d’emploi de la femme. « En effet, sur la base des seuls revenus individuels, les hommes contribuent, en moyenne, davantage que les femmes aux revenus du couple (62 % contre 38 %) », relève l’Insee. Outre le fait que plus de femmes que d’hommes ne travaillent pas ou travaillent à temps partiel, les inégalités salariales contribuent à cet écart. L’Insee a également étudié les différences de niveau de vie en cas de perte d’emploi en fonction des catégories socioprofessionnelles et des zones géographiques, ainsi qu’en cas de passage d’un CDI à un autre type de contrat, ou encore en cas de passage à la retraite.