Se connecter S’abonner

Les ménages ne sont pas plus surendettés malgré la crise

Selon le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau, le surendettement des ménages n’est pas en hausse, malgré la pandémie.

croissance
Crédit : iStock.

Les mesures de soutien aux Français ont bien fonctionné pour l’instant. Selon le gouverneur de la Banque de France, il n’y a pas de hausse du surendettement des ménages pour l’instant. François Villeroy de Galhau a indiqué sur franceinfo mardi 11 mai que « jusqu’à présent, les dispositifs publics de soutien à l’ensemble des Français – y compris les plus défavorisés – ont été efficaces pour préserver le revenu ». Pour l’année 2020, les chiffres sont biaisés en raison de son côté atypique et ne sont pas pris en compte dans le baromètre mensuel de l’inclusion bancaire de l’insitution. Elle estime à 16% la baisse du nombre de dépôts de dossiers sur les quatre premiers mois de l’année par rapport à 2019, et même de 20% en incluant le mois d’avril. Il y a eu 11.173 dossiers déposés le mois dernier et 12.607 en mars.

Par ailleurs, aucun effet de rattrapage n’est constaté pour l’instant par l’institution, ni d’effet quantitatif des conséquences de la crise sanitaire sur le surendettement des Français. Toutefois, la Banque de France s’attend à une remontée progressive du niveau des dépôts de dossiers de surendettement dans les prochains mois, en raison de la hausse du taux de chômage.

Baisse de 6% de l’activité en avril 2021 par rapport à 2019

Autre constat dressé, la baisse du nombre d’inscriptions aux fichiers des incidents de paiement ou de crédit. Pourtant, il y a eu « une légère tendance à la hausse entre les mois de février et avril 2021 », précise encore le baromètre. La Banque de France a aussi constaté une augmentation des demandes d’information adressées par les particuliers, et une hausse des visites de son site internet concernant l’inclusion financière.

Concernant la reprise économique, le mois d’avril marque un nouveau recul, mais moins important que l’an dernier. Ainsi, François Villeroy de Galhau estime que « pour avril 2021, nous sommes à -6% d’activité par rapport à 2019. C’est significatif, mais c’est cinq fois moins que le printemps 2020 », a-t-il déclaré sur franceinfo. Selon lui, le rebond de croissance attendu sera supérieur à 5%.