Se connecter S’abonner

Un candidat aux régionales veut instaurer un revenu d’urgence pour les jeunes

Le candidat LREM en Ile-de-France, Laurent Saint-Martin, avance l’idée de créer un revenu d’urgence pour les jeunes en difficulté, différent du RSA jeunes.

Pendant trois ans, 122 volontaires toucheront un revenu de base de 1 200 € par mois, versé sans condition, pour observer les effets de la mesure.
Crédit: iStock.

Instaurer un revenu d’urgence de 500 euros par mois pour les jeunes Franciliens, c’est l’idée avancée par le candidat LREM en Ile-de-France, Laurent Saint-Martin. Le rapporteur général du budget à l’Assemblée nationale, député du Val-de-Marne, se présente aux élections régionales des 20 et 27 juin prochains. Il propose la création d’un revenu d’urgence pour 40.000 jeunes en difficulté, « soit 20 millions d’euros par mois plein », a-t-il précisé dans le Journal du Dimanche samedi 15 mai. Cette mesure est différente d’un RSA jeunes, solution proposée par la gauche. « C’est un revenu d’urgence, un soutien très temporaire à un moment de la vie, le temps de rebondir », souligne le député de la majorité présidentielle. L’objectif est de ne pas « pérenniser une situation ».

Les jeunes sont au cœur de la campagne du candidat aux régionales. Ainsi, il prévoit entre autres de prolonger d’un an « toutes les aides régionales d’un an pour les 18-25 ans, liées au coronavirus et à l’année blanche que nous venons de traverser ». Autre geste prévu par Laurent Saint-Martin, la création d’un « capital jeune », soit une garantie régionale pour que le public concerné puisse emprunter 5.000 euros à la banque, voire plus. Il sera destiné aux jeunes qui veulent créer leur entreprise, ou lancer un projet, dont le nombre est estimé à 10.000 en Ile-de-France selon le député du Val-de-Marne. « La région se portera caution pour ceux qui n’ont pas d’apport », a-t-il assuré dans le JDD.

Redonner des perspectives, en plus d’un revenu d’urgence

De plus, Laurent Saint-Martin souhaite implanter des pépinières de microentreprises dans les lycées et les universités, ce qui existe déjà dans les grandes écoles. La région Ile-de-France est « la plus jeune de France, la plus riche et la plus inégalitaire », a souligné le candidat. Il prévoit plusieurs mesures pour rénover les lycées et créer des campus et ambitionne aussi de créer un programme de mentorat pour faire entrer les métiers dans les lycées. « Mon ambition est de donner des perspectives à tous les jeunes qui ont des projets et aider tous ceux qui ont des problèmes », a-t-il communiqué.