Se connecter S’abonner

Roulez en voiture électrique, c’est moins cher !

Contrairement aux idées reçues, les véhicules électriques sont moins coûteux sur l’ensemble de leur durée de vie que leurs équivalents thermiques. C’est ce que révèle une étude européenne, qui a comparé différents types de motorisations et passé en revue tous les postes de dépenses.

Crédit: TAQUET, Arnaud/PRODIGIOUS Production

Les dépenses liées à l’automobile représentent 8 % de la consommation des ménages. Trois postes sont fortement impactants : l’achat, les carburants et l’entretien. En parallèle, les véhicules particuliers représentent 16 % des émissions de gaz à effet de serre. Si l’intérêt écologique de la voiture électrique – en termes d’émissions de C02 – ne fait pas de doute (voir les conclusions de l’Agence environnementale européenne), leur intérêt financier est désormais démontré. Une étude, que vient de publier l’UFC-Que Choisir et qui a été réalisée avec le Bureau européen des unions de consommateurs au niveau de 9 pays européens, révèle ainsi que, contrairement aux idées reçues, l’électrique est d’ores et déjà une option rentable financièrement.

L’association de défense des consommateurs a calculé le coût de détention de plusieurs types de véhicules (électrique, hybride rechargeable, diesel, hybride essence, essence). Le calcul tient compte de l’ensemble des charges supportées par un automobiliste possédant un véhicule, depuis l’achat initial jusqu’aux frais de fonctionnement : coût de l’amortissement, coût/gain lié à la fiscalité, coût lié à l’énergie et coûts d’entretien et d’assurance.

Des économies de l’ordre de 20 % avec une voiture électrique

Verdict : pour une voiture de gabarit moyen, les plus vendues en France telles la Peugeot 308 ou la Renault Megane 4, l’électrique se révèle dès maintenant l’option la plus économique financièrement, et cela aussi bien en neuf qu’en occasion. En neuf, avec l’hypothèse d’un kilométrage annuel de 16 500 km sur quatre ans, une électrique reviendra à 7 275 euros, contre 9 025 euros pour une essence. Soit une économie d’un peu plus de 19%. Par rapport à une diesel, l’économie sera un peu moindre, avec près de 16 %. La même tendance s’observe en seconde main (hypothèse de 13 500 km/an pendant cinq ans) : le gain par rapport à un diesel sera de 9 % et de 20 % face à une essence. Ce constat se vérifie sur l’ensemble du cycle de vie de la voiture. Une voiture électrique achetée en 2020 demandera 64,60 k€ de dépenses tout au long de ses seize ans d’utilisation, contre 84,7 K€ pour une essence et 76,4 K€ pour une diesel.

En se focalisant sur les profils de conducteurs, les gros rouleurs (20 000 km par an) sont ceux qui gagnent le plus en passant à l’électrique. Avec une petite citadine électrique comme la Renault Zoé achetée neuve, ils économiseront 5 100 euros par an par rapport à une version essence ; pour les petits rouleurs, le gain sera de
2 500 euros. Pour optimiser les économies sur l’électrique, mieux vaut recharger chez soi en heure creuse plutôt que sur une borne publique (économie de 1700 euros supplémentaires sur quatre ans par rapport à une essence).

Renforcer l’information avant l’achat

Deux raisons principales expliquent à l’heure actuelle la « compétitivité » de l’électrique. D’abord, le coût de l’énergie. En moyenne, le coût sera 73 % inférieur pour l’électrique versus une voiture essence sur l’ensemble de la durée de vie du véhicule. Ensuite, les aides à l’achat (bonus écologique de 7 000 euros, et 6 000 euros à compter du 1er juillet prochain) permettent de rentabiliser l’électrique rapidement en ramenant les dépenses d’amortissement au même niveau que les autres types de motorisation.

Pour autant, les véhicules électriques restent pour l’heure une niche sur le marché. Selon le ministère de la Transition écologiques, sur 38,2 millions de voitures immatriculées en France au 1er janvier 2020, les thermiques sont toujours ultra-majoritaires (97,7%), pour 2,3 % de motorisations alternatives (hybrides et électriques). Pour faciliter leur adoption, l’UFC-Que Choisir demande que l’information soit plus détaillée au moment de l’achat quant aux performances économiques (coût d’utilisation kilométrique) et environnementales (analyse du cycle de vie). L’idée étant que les acheteurs se rendent compte de l’avantage financier à rouler en électrique.