Se connecter S’abonner

Emploi : les salaires du privé ont fortement augmenté entre 2018 et 2019

Le salaire net moyen du secteur privé a augmenté de 1,2% en 2019 selon l’Insee.

salaires
Crédit : iStock

L’Insee publie ses derniers chiffres sur les salaires du secteur privé. Le salaire net moyen a augmenté en 2019 de 1,2% en euros constants, selon l’Institut dans son rapport publié le 15 juin. Cette augmentation est beaucoup plus importante qu’en 2018, qui avait connu une hausse de 0,4%. Ainsi, un salarié gagnait 2.424 euros nets par mois en moyenne il y a deux ans, en équivalent temps plein (EQTP), contre 2.369 euros en 2018. « La hausse de 2019 est deux fois supérieure à l’augmentation moyenne annuelle des vingt années précédentes (+ 0,6 %) », écrit l’Insee dans sa note. Le salaire brut moyen était de 3.183 euros mensuels en 2019, une augmentation de 0,4% par rapport à 2018 qui affichait une moyenne de 3.137 euros mensuels.

Pourtant, en 2019, l’inflation était moins importante que l’année précédente, soit une hausse des prix à la consommation de 1,1%, alors qu’elle était de 1,8% en 2018. Autre constat de l’Insee, la moitié des salariés du privé percevaient moins de 1.940 euros nets par mois (en EQTP). Un sur dix gagnaient moins de 1.319 euros et la même proportion percevaient un salaire de plus de 3.844 euros. « En 2019, les salaires ont augmenté un peu plus dans le bas de la distribution que dans le haut », note l’Institut, et les disparités salariales ont légèrement diminué, contrairement à une tendance haussière entre 2010 et 2018.

Femmes sous-représentées parmi les plus hautes rémunérations

Concernant les écarts de salaires homme-femme, ils étaient encore conséquents en 2019, avec 16% de différence entre les femmes et les hommes, soit une réduction de 0,8 point par rapport à l’année précédente. Parmi les plus hautes rémunérations, la différence est plus marquée, puisque les femmes sont sous-représentées dans le haut de la distribution des salaires. « Elles ne représentent que 20,5 % des 1 % des salariés les mieux rémunérés, contre 41,6 % de l’ensemble des salariés du privé », précise l’Insee.