Se connecter S’abonner

Energie : les prix de l’électricité vont à nouveau augmenter le 1er août… et ce n’est que le début

Les prix devraient augmenter de 0,48% le 1er août prochain, soit 4 euros en moyenne par an et par ménage.

Crédit : iStock.

Les factures d’électricité sont salées cette année. Déjà, certains ménages ont reçu des notes de rattrapage de la part de leur fournisseur ces derniers jours, en raison d’une consommation plus importante. En effet, le télétravail et le froid hivernal et printanier ont fait augmenter la facture, selon Le Parisien. Le 1er août 2021, les tarifs réglementés devraient augmenter de 0,48% selon nos confrères. Cette hausse est modérée puisque cela représente 4 euros en moyenne par an et par ménage. Depuis le 1er janvier, la hausse représenterait toutefois 50 euros par ménage, en moyenne, sur l’année. Et si les prix de l’électricité augmentent depuis quelques années, ce ne serait que le début.

Avec une augmentation de 50% ces dix dernières années, pour un foyer de quatre personnes se chauffant à l’électricité, la facture est passée de 1.053 euros TTC en 2011 à 1.553 euros en 2021, selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Cette dernière devrait par ailleurs encore proposer une hausse des tarifs réglementés au 1er août. Cette augmentation est due à la hausse du Tarif d’utilisation du réseau public d’électricité (TURPE) d’après Le Parisien. Il finance la maintenance et la modernisation du réseau. Réseau de transport d’électricité (RTE) doit investir 33 milliards d’euros sur 15 ans pour 106.000 km de lignes haute tension. De son côté, Enedis doit sortir 69 milliards d’euros pour 1,4 million de km de lignes moyenne et basse tension, précisent encore nos confrères. Ainsi, ces coûts auront forcément un impact sur les factures des particuliers et le TURPE devrait avoir un impact d’une quinzaine d’euros par an à partir de 2024.

Inflation quasi-historique

Autre élément qui pourrait faire augmenter les factures, le prix sur les marchés de gros. Les achats s’y font en grande partie en anticipation, appelés « à terme » ou « futures ». « Sur ces marchés, le mégawattheure (MWh) s’échange actuellement à plus de 70 euros pour 2022, contre seulement 50 euros il y a encore quelques mois », précise au quotidien Xavier Pinon, cofondateur de Selectra, comparateur d’offres d’énergie. Cette inflation serait due à la reprise économique et elle est quasi-historique. Les prix du pétrole et du gaz ont eux aussi flambé, ce qui a une répercussion sur les tarifs pratiqués par les fournisseurs. Le prix des quotas de CO2 pourrait aussi être augmenté par l’Union européenne pour inciter à réduire la part des énergies fossiles dans la production de l’électricité, et cela pourrait aussi avoir un impact sur les tarifs.