Se connecter S’abonner

Rénovation énergétique : un délai supplémentaire pour terminer vos travaux éligibles aux CEE

Pour éviter que la pénurie de matières premières ne pénalise certains ménages, le gouvernement a allongé de deux mois le délai pour finir les travaux d’isolation ou de chaudière éligibles aux Certificats d’économie d’énergie (CEE).

CEE
Crédit : iStock.

Le temps est compté pour ceux qui n’ont pas encore bouclé leurs travaux éligibles aux Certificats d’économie d’énergie (CEE). Pour éviter que certains foyers ne perdent leur avantage à cause de la pénurie de matières premières, un communiqué précise que le délai pour finir les travaux d’isolation ou de chaudière éligibles au « coup de pouce CEE » est prolongé de deux mois. Au lieu de se terminer le 30 septembre, il prendra fin le 30 novembre 2021.

Ce report concerne uniquement les chantiers dont le devis a été signé avant le 1er juillet. Il a été décidé « au regard des difficultés d’approvisionnement rencontrées depuis le printemps par les installateurs d’isolation de combles et de planchers, de chaudières au gaz et de radiateurs électriques », précise le document.

De nouveaux objectifs

Cumulables avec les aides du dispositif MaPrimeRenov’, les CEE garantissent les gains énergétiques obtenus après la réalisation de travaux. Mais au printemps dernier, l’exécutif a choisi de supprimer certaines primes concernant, notamment, le remplacement d’une chaudière au gaz par une chaudière au gaz performante ou bien encore l’isolation des combles – dont l’offre « à un euro ». Son but ? Promouvoir des mesures plus efficaces.

Le gouvernement a, en effet, formulé des ambitions plus élevées pour les objectifs d’économie d’énergie visés dans le cadre du dispositif des CEE pour la période allant de 2022 à 2025. La part des aides destinées aux ménages les plus précaires a, elle aussi, été réévaluée.

1.520.000 isolations de combles

Depuis leur création en janvier 2019, les « coups de pouce CEE » ont, notamment, accompagné l’engagement de 1.520.000 isolations de combles ou toitures, 520.000 isolations de planchers bas, ou bien encore 460.000 installations de chauffage au gaz en remplacement d’une vieille chaudière au gaz.