Se connecter S’abonner

Pouvoir d’achat : la moitié des Français estime qu’il a diminué en dix ans

Selon un sondage, il manquerait 467 euros par mois aux Français, soit 40 euros de plus qu’en 2019.

Crédit : iStock.

La crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 a laissé des traces, mais la situation des Français s’améliore, après 18 mois de restrictions. C’est en tout cas ce que constate le dernier baromètre du pouvoir d’achat, réalisé par CSA pour Cofidis. Plus de 39% des personnes qui ont répondu se disent touchées par la crise, relève Le Parisien le 16 septembre, notamment les indépendants, mais c’est six points de moins par rapport au sondage précédent. De plus, ils sont 50% à estimer que leur pouvoir d’achat a diminué ces dix dernières années, et 39% à affirmer vivre moins bien. Il manquerait 467 euros par mois aux sondés pour bien vivre, sans se préoccuper de dépasser leur budget, précisent nos confrères. C’est 40 euros de plus qu’en 2019.

« Ce sentiment (d’avoir perdu du pouvoir d’achat) est d’ailleurs beaucoup plus marqué chez les foyers les plus en difficulté puisque cette part monte à 59% chez les ménages modestes et à 65% chez les foyers pauvres », explique au quotidien Nicolas Wallaert, PDG de Cofidis France. La qualité de vie est jugée moins bonne par les personnes âgées. « La situation est plus contrastée, 56% considèrent leur pouvoir d’achat correct », commente encore Nicolas Wallaert, « mais sans plus, et la part des ménages qui le trouvent faible a baissé de 34% à 27% en dix ans ».

Les prix augmentent

A contrario, ils sont 15% à penser qu’il est élevé, alors qu’ils étaient 8%. Parmi les facteurs qui alimentent l’impression de déclassement des Français interrogés, l’inflation arrive en premier, avec le sentiment que tous les prix augmentent. 72% déclarent que le prix de l’énergie est en hausse. Rappelons que les prix du gaz et de l’électricité ont fortement évolué à la rentrée. 70% pensent que les prix de l’alimentation sont en hausse. Un peu plus de la moitié, soit 56%, parlent de la croissance des coûts de la santé et des assurances, et enfin 51% estiment que c’est l’immobilier et les loyers qui ont connu des augmentations.

Par ailleurs, ils sont 33% à déclarer que la suppression de la taxe d’habitation a eu un impact positif sur leur pouvoir d’achat. C’est la raison évoquée en premier par les sondés. Environ la moitié (49%) dit croire en une reprise rapide de l’économie. C’est 23 points de plus que le dernier baromètre. Autre signe encourageant, 61% ont des projets importants en 2021 et enfin, ils sont 21% à être sûrs de pouvoir les mener à bien grâce à leur épargne ou encore à un crédit à la consommation.