Se connecter S’abonner

Automobile : le budget 2022 entérine le durcissement de la grille de malus

Le projet de loi de finances 2022 valide les choix du gouvernement en matière de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Le malus écologique automobile est amplifié.

Crédit : Automobiles Peugeot.

A partir de l’an prochain, de plus en plus de véhicules neufs seront concernés par le malus écologique. Il sera déclenché à partir de 128 grammes de CO2 au kilomètre, contre 133 grammes en 2021. Il était de 138 grammes en 2019. De plus, un malus au poids sera instauré. Le seuil de déclenchement est de 1,8 tonne, au lieu de 1,4 tonne, ce que proposait la Convention citoyenne sur le climat. Ces mesures avaient été décidées dès l’automne 2020 et elles viennent d’être entérinées dans le projet de loi de finances 2022, présenté en Conseil des ministres mercredi 22 septembre. 

Par exemple, le nouveau Dacia Duster, version essence, sera éligible à un malus de 330 euros l’an prochain, précise le journal Les Echos, car il émet 141 grammes de CO2 au kilomètre. C’est 100 euros de plus que cette année. Une Kia Seed GT, qui émet 153 grammes, sera passible d’un malus de 1.276 euros. Il était de 818 euros cette année. Par ailleurs, le plafond du malus passera de 30.000 euros à 40.000 euros pour les voitures qui dépassent les 224 grammes de CO2 par kilomètre, comme l’Audi RS7 Sportback, ou encore la Mercedes AMG GT Coupé, précisent nos confrères. En revanche, son montant ne pourra dépasser 50% du prix à l’achat. 

Prolongement du bonus 

Concernant la taxe au poids à partir du 1er janvier 2022, elle ne concerne pas les véhicules électriques et hybrides rechargeables. Elle est de 10 euros par kilogramme au-delà de la limite, ce qui ne devrait concerner que 2% des voitures neuves. De plus, un abattement est prévu pour les familles de plus trois enfants, ou plus, de 200kg par enfant. Le foyer concerné ne devrait donc pas payer de surtaxe si le poids du véhicule à vide est compris entre 1,8 et deux tonnes. 

Enfin, la réduction du bonus à l’achat d’une voiture électrique, de 6.000 à 5.000 euros, n’est pas inscrite au budget 2022, selon le quotidien économique. Cette mesure doit faire l’objet d’un décret. La Plateforme Automobile demande à ce que ce bonus soit appliqué au 1er juillet 2022, et non au 1er janvier comme prévu.