Se connecter S’abonner

Stationnement payant : les motards attaquent l’arrêté à Paris

La Fédération des motards en colère conteste l’arrêté parisien consistant à rendre payant le stationnement des deux-roues motorisés.

Crédit : iStock.

Après le contrôle technique, le stationnement payant. La Fédération française des motards en colère (FFMC) n’a pas fini d’être en rogne. Face à la décision prise en juillet par la Ville de Paris de rendre payant le stationnement des motos et scooters à partir du 1er janvier 2022, la FFMC a déposé un recours en annulation le 20 septembre contre cet arrêté, via Me Eric de Caumont, rapporte Le Parisien mardi 5 octobre. 

« Nous l’avons déposé dans le délai de deux mois pour l’attaquer. Nous avons reçu les accusés de réception. Donc l’instruction est en cours », a affirmé au journal cet avocat spécialiste de la défense des automobilistes.

« Les motos polluent moins » 

Selon Me Eric de Caumont, pour qui il sera aisé de démontrer que les motos polluent beaucoup moins que les voitures, « il n’y a aucune raison d’aligner la fiscalité des motos sur celle des voitures ». Et de renchérir : « Ce n’est pas parce que les automobilistes se sont laissé imposer du racket pour le stationnement que les motards devraient le faire aussi. »

La décision du tribunal administratif ne devrait pas être rendue avant plusieurs semaines. En cas d’échec du combat de la FFMC, dès le 1er janvier prochain, stationner son deux-roues motorisé dans la capitale devrait coûter 0,75 euro par jour ou 22,50 euros par an pour un Parisien, et de 2 à 3 euros de l’heure ou entre 70 et 90 euros par mois pour un visiteur. Les contraventions coûteront deux fois moins cher que pour les automobiles, soit entre 17,50 et 37,50 euros. Le stationnement sera gratuit pour un deux-roues électrique

Les motards en colère espèrent aboutir à une nouvelle victoire après la suspension du contrôle technique cet été, qu’une directive européenne imposait. Le lendemain de la publication du décret en question, Emmanuel Macron, devant la fronde immédiate des motards, l’avait annulé. Finalement, pour éviter un contrôle technique, le ministère français des Transports devrait améliorer la sécurité des usagers et la protection environnementale, d’après le site Le Repaire des motards. Des mesures en ce sens doivent être prises en collaboration avec les associations de motards.