Se connecter S’abonner

Covid-19 : le taux de pauvreté reste très élevé en France, même si les aides ont augmenté

Le bilan de la « stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté » a été présenté mercredi 13 octobre en conseil des ministres, trois ans après sa mise en œuvre.

Macron plan pauvreté prime d'activité
Crédits : Michel Euler/AP/SIPA.

« Le taux de pauvreté en France est de 14% », et sans les aides sociales, ce taux « s’élèverait à plus de 22% ». Le constat a été dressé par la Délégation interministérielle à la prévention et à la lutte contre la pauvreté (DIPLP) le 13 octobre, lors de la présentation d’un bilan devant le conseil des ministres. « Malgré cela,  la France reste caractérisée par une forte reproduction de la pauvreté, et la crise a encore souligné le poids de ce déterminisme social », a encore souligné la délégation, précise Le Figaro. En effet, il faudrait six générations en France pour qu’un descendant d’une famille très modeste atteigne le revenu moyen de la population, selon l’OCDE.

Le gouvernement a donc voulu prioriser les actions sur les plus jeunes, miser sur l’emploi et l’accès au logement. Mais l’un des chantiers prévus ne sera finalement pas finalisé avant l’élection présidentielle : celui du revenu universel d’activité (RUA), promis par le président Emmanuel Macron en 2018. « Un rapport est attendu avant la fin de l’année. Mais techniquement, il n’y a plus assez de temps pour passer un projet de loi. Nous avions prévenu que c’était un projet de long terme qui ne pourrait pas voir le jour avant 2022», a précisé au quotidien le ministère de la Santé et des Solidarités.

Revalorisation de l’AAH

Parmi les actions engagées depuis 2018 dans la lutte contre la pauvreté, la revalorisation de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) ou encore de l’allocation aux adultes handicapés (AAH). Cette dernière fait d’ailleurs l’objet d’une opposition entre les parlementaires et le gouvernement : les sénateurs ont voté mardi 12 octobre pour l’individualisation de l’AAH, c’est-à-dire pour ne pas prendre en compte les revenus du conjoint dans le calcul de l’aide.

Les travailleurs pauvres ont aussi vu s’élargir la prime d’activité, ce qui « a fait baisser le taux de pauvreté de 0,2 point en 2019 à 14,6% et évité une explosion de la pauvreté malgré la crise », a estimé la DIPLP. Dans son rapport, la délégation cite aussi l’automatisation de la complémentaire santé solidaire pour tous les allocataires du RSA ou encore les petits déjeuners gratuits à l’école pour 100.000 élèves lors de la dernière rentrée scolaire. De 2019 à 2022, 13 milliards d’euros auront été alloués à la stratégie de lutte contre la pauvreté.