Se connecter S’abonner

Consommation : il va y avoir « une sacrée hausse de prix » en novembre, selon Michel-Edouard Leclerc

Les prix des produits alimentaires et non-alimentaires vont augmenter très fortement « dans toutes les enseignes » selon le président des centres E.Leclerc, Michel-Edouard Leclerc.

consommation
Crédit: iStock.

Le patron des supermarchés et hypermarchés E.Leclerc est alarmiste. Michel Edouard-Leclerc a commenté les prévisions de l’Insee en fin de semaine dernière, le 29 octobre. L’institut parle d’une augmentation des prix à la consommation de 2,6% sur un an au mois d’octobre 2021 en France, mais pour le président de l’enseigne, ce sera beaucoup plus en novembre. « J’anticipe une inflation beaucoup plus forte que ce qui est annoncé par l’Insee ou (le reste) des prévisionnistes », a-t-il annoncé sur Cnews, lundi 8 novembre, comparant les données en France avec les chiffres de nos voisins. « On est à 5,5% en Espagne, à 5,4% en Allemagne et à 5% aux Etats-Unis », a argumenté Michel-Edouard Leclerc.

Il y aura donc « une sacrée hausse de prix dès ce mois-ci, dans tous les magasins, de toutes les enseignes », a-t-il annoncé. Cette inflation sera constatée sur les produits alimentaires : les pâtes, les huiles, le café et le cacao. Les hausses seraient même énormes concernant ces deux derniers produits. Mais il y aura aussi des augmentations de prix sur le non-alimentaire, « de tout ce qui venait avec la filière asiatique : le bricolage, le matériel de cuisson, la hi-fi/son », avec un impact certain à Noël.

Produits moins polluants, mais plus chers

Plus largement, le président des établissements E.Leclerc constate un « changement de modèle économique ». En effet, les produits seront vendus plus cher, car « moins polluants et fabriqués autrement ». « Ça va impacter les plus pauvres ! », a encore prédit Michel-Edouard Leclerc. En septembre, le taux d’inflation a atteint 3,4% sur un an dans la zone euro, en raison de la flambée des coûts de l’énergie. Mais la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, a appelé à ne pas « surréagir » face à cette poussée des prix.

De son côté, le PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, est moins alarmiste. « Michel-Édouard Leclerc (….) voit toujours l’inflation à des niveaux records», a-t-il commenté sur franceinfo le 9 novembre. « Depuis le 1er janvier, la hausse (des prix de l’alimentation) est de moins de 1% », a-t-il ajouté. Mais le patron de Carrefour a reconnu des « hausses fortes » pour certains produits, comme les pâtes et la farine, qui ont augmenté entre 5 et 12% selon lui. « Le risque d’inflation sur les produits alimentaires est sur 2022 », a encore commenté Alexandre Bompard.