Se connecter S’abonner

Consommation : le budget des cadeaux de Noël reste encore en dessous du niveau d’avant-crise

Les Français vont dépenser 282 euros en moyenne pour les fêtes de Noël, selon un sondage.

Crédit : iStock.

Le porte-monnaie des Français souffre encore des effets des restrictions sanitaires liées à l’épidémie de Covid-19. Cette année, ils devraient tout de même dépenser un peu plus que l’an dernier pour les fêtes de fin d’année. Selon un sondage Iloveretail et OpinionWay pour Proximis, le budget moyen sera de 282 euros pour les cadeaux de Noël, « un budget certes légèrement au-dessus du niveau de l’an dernier (272 euros) », commente Eric Voltzenlogel vice-président produit marketing du leader du commerce unifié. Mais il reste « très inférieur au niveau constaté avant la crise, qui était de 342 euros », poursuit l’expert dans les colonnes du Parisien.

La crise et l’inflation ont créé du stress chez les Français (47%), qui estiment à 58% que leurs emplettes seront impactées par ces hausses des prix. Le pouvoir d’achat est une question « plus que jamais essentielle », analyse Eric Voltzenlogel, qui précise que les consommateurs « anticipent de nouvelles hausses dans les mois à venir, dans l’alimentaire notamment ». La hausse des prix des carburants touche particulièrement les ménages modestes, selon Pascale Hébel, sociologue au Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc).

Pas de sapin de Noël

Les Français resteraient donc prudents : la moitié (51%) des personnes interrogées compte réduire le nombre de cadeaux cette année, un tiers compte utiliser la prime inflation pour ces achats, et un peu plus d’un Français sur deux (52%) préparera un repas plus économique, selon ce sondage repris par le quotidien. Ils sont aussi 45% à se priver de sapin de Noël et 48% à envisager de limiter les déplacements à cause de l’inflation des prix des carburants. Enfin, les consommateurs anticipent, en achetant leurs cadeaux bien avant les fêtes : 67% l’ont fait avant la fin du mois de novembre et une majorité (90%) auront tout acheté deux semaines avant le 25 décembre.