Se connecter S’abonner

Malgré la difficulté d’accéder à la propriété, les Français gardent le moral

L’accession à la propriété est un enjeu important de la présidentielle de 2022, selon une étude. En effet, elle reste difficile pour la plupart des Français, ce qui n’empêche pas leur moral de remonter.

propriété
Crédit: iStock.

Les indicateurs d’accession à la propriété n’évoluent pas de manière significative, pourtant, le moral des Français est en nette hausse. Selon une enquête commandée par le courtier en prêt immobilier et rachat de crédits Cafpi, la morosité reste de mise dans ce domaine. Ainsi, 61% des sondés jugent qu’il n’est pas facile de devenir propriétaire immobilier. Si les taux sont très bas et la croissance dynamique, la cherté de l’immobilier reste le frein majeur, selon ceux qui souhaitent acheter un logement.

Mais, pour 51% des Français, non seulement les conditions d’obtention d’un crédit sont devenues plus difficiles, mais les recommandations du Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) sont aussi moins connues qu’en 2020. Les démarches et les frais administratifs sont aussi montrés du doigt par les sondés. Si des changements apparaissent en matière d’accession à la propriété, ils concernent les attentes des Français qui sont désormais plus attentifs aux enjeux « écologiques », tels que la présence d’espaces verts ou d’un extérieur. Deux points devenus prioritaires.

Un intérêt plus marqué pour la rénovation énergétique

Aussi, dans un contexte de précampagne présidentielle, la question de l’accession à la propriété est considérée par 77% des Français comme un enjeu important. Seule la sécurité fait mieux (88%). « Il est étonnant de voir que, pour le moment, aucun candidat officiellement en lice pour la présidentielle ne se positionne sur la question du logement, alors même que le sujet du pouvoir d’achat est partout », écrit Olivier Lendrevie. Le président de Cafpi a du mal à comprendre comment on peut « parler de pouvoir d’achat sans parler de logement quand on sait que le premier poste de dépenses des ménages modestes est le logement ».

Pourtant, les sondés sont partagés sur l’efficacité des dispositifs d’aides et d’incitations. L’étude met en avant le souhait de plus en plus fort de voir se développer les aides à la rénovation énergétique, au point qu’il talonne l’intérêt pour les mesures fiscales d’accession à la propriété. Ainsi, 22% des personnes interrogées attendent du futur président de la République qu’il favorise l’accession à la propriété par des aides fiscales ou la baisse des droits de mutation. Et ils sont 20% à plébisciter des mesures destinées à améliorer la qualité des logements, ainsi que l’accroissement des aides à la rénovation énergétique des logements.