Se connecter S’abonner

Présidentielle : préserver le pouvoir d’achat, la priorité pour les Français

Le pouvoir d’achat est de loin la principale préoccupation des Français à cinq mois de l’élection présidentielle, révèle Europe 1 lundi 29 novembre. 40% des Français affirment avoir des difficultés financières.

Pouvoir d'achat
Crédit : iStock.

C’est l’obsession de près de la moitié des Français. Pour 90% d’entre eux, le pouvoir d’achat est une problématique très importante ou assez importante, selon un sondage Odoxa-FG2A pour Europe 1 dévoilé par la radio lundi matin.

Le pouvoir d’achat préoccupe les Français plus que toute autre thématique. 45% du millier d’adultes interrogés en novembre placent le pouvoir d’achat comme le thème qui influencera le plus leur vote lors de l’élection présidentielle prévue en avril 2022. Les futurs candidats sont prévenus. La santé arrive loin derrière (30%), devant l’immigration (25%), la sécurité et la lutte contre le terrorisme (24%), puis l’environnement (21%). Le chômage et l’éducation inquiètent peu (13%).

Le pouvoir d’achat, spécificité française

Des résultats qui ne ressemblent en rien à ceux d’il y a cinq ans, juste avant la campagne présidentielle de 2017 remportée par Emmanuel Macron. C’était le chômage qui occupait majoritairement l’esprit des Français alors que le pouvoir d’achat n’était que leur sixième préoccupation.

Cette fois, avec la hausse des prix de l’énergie, de l’essence et de certains biens de consommation, 80% des Français estiment que leur pouvoir d’achat s’est dégradé en un an et 94% pensent que ces augmentations sont dues aux confinements. « C’est à un niveau deux fois plus élevé qu’au Royaume-Uni et trois fois plus élevé qu’en Allemagne », indique Gaël Sliman, le président d’Odoxa, sur Europe 1.

Quatre sur dix affirment même faire face à des difficultés financières. « Par rapport aux autres grands pays européens, on a 15 points de plus en France de personnes qui considèrent que le pouvoir d’achat est un sujet de préoccupation très important », souligne le dirigeant de l’institut de sondage, pour qui les Français sont les champions d’Europe du pessimisme.