Se connecter S’abonner

Indemnité inflation, chèque énergie, réforme de l’assurance chômage… ce qui change au 1er décembre 2021

Au mois de décembre, plusieurs indemnités comme une aide exceptionnelle de 100 euros et un chèque énergie s’inviteront dans les boîtes aux lettres de nombreux foyers français. Détails.

assurance vie
Crédit : iStock.

Qui dit 1er décembre, dit un certain nombre de changements à venir avant la fin de l’année. Tout d’abord, le gouvernement avait annoncé fin octobre le versement d’une aide exceptionnelle d’un montant de 100 euros pour faire face à l’inflation. Les prix sont en augmentation de 2,8% en novembre, selon les derniers chiffres de l’Insee publiés le 30 novembre. « L’indemnité inflation » concerne 38 millions de Français, percevant moins de 2.000 euros par mois et elle sera versée à la fin du mois de décembre aux salariés du secteur privé, aux non-salariés (indépendants, agriculteurs et professions libérales) et aux étudiants boursiers. Ce sont les employeurs qui doivent verser cette indemnité en se basant sur la situation au mois d’octobre, ou bien les organismes concernés comme Pôle emploi, l’Urssaf, la Caf ou encore la caisse de retraite.  

Les bénéficiaires n’ont pas à en faire la demande, sauf pour quelques-uns qui doivent s’assurer du versement de cette aide. La liste des personnes concernées est disponible sur le site du gouvernement, qui détaille aussi le calendrier des versements (janvier 2022 pour les agents publics et les demandeurs d’emploi, février 2022 pour les retraités).   

100 euros de plus pour les factures d’énergie 

Une autre aide exceptionnelle est versée ce mois-ci : un chèque énergie d’un montant de 100 euros. Cela concerne près de six millions de ménages modestes, fortement impactés par la hausse des prix du gaz et de l’électricité. Il s’agit en fait d’une rallonge octroyée aux personnes déjà bénéficiaires du chèque énergie et qui l’ont touché au printemps dernier. Aucune démarche n’est à effectuer et l’aide sera envoyée par courrier entre le 13 et le 22 décembre. Rappelons que les prix du gaz ont été gelés, ils ne bougeront pas. Sans cette décision, ils auraient augmenté de près de 42% selon la Commission de régulation de l’énergie (CRE). 

Les bénéficiaires des minima sociaux toucheront, en plus, une prime de Noël. Elle sera distribuée à la mi-décembre, comme l’an dernier, aux personnes qui perçoivent le revenu de solidarité active (RSA), l’allocation de solidarité spécifique (ASS) ou encore l’allocation équivalent retraite (AER). Son montant est de 152,45 euros pour une personne seule et il augmente en fonction du nombre de personnes vivant dans le foyer. Elle est versée automatiquement. 

L’indemnité chômage recalculée

Pour les demandeurs d’emploi, les règles changent à partir d’aujourd’hui, 1er décembre. La réforme de l’assurance chômage entre en application. Déjà, la modification du calcul du salaire journalier de référence (SJR) est appliquée depuis le 1er octobre. Désormais, il faudra avoir travaillé six mois au cours des 24 derniers mois pour bénéficier d’une allocation, et non quatre mois. Cela concerne les nouveaux entrants dans le dispositif. La période s’étale sur 36 mois pour les plus de 53 ans. Les nouveaux « permittents », c’est-à-dire les demandeurs d’emploi qui alternent travail et chômage, seront pénalisés. En effet, l’indemnisation était calculée en divisant les revenus par les seuls jours travaillés pendant la période de référence. Dès ce mercredi, le plancher garantissant une allocation minimale a été introduit. Par ailleurs, la dégressivité des allocations des cadres est durcie. Elle s’applique désormais dès le huitième mois pour les salariés de moins de 57 ans avec un revenu de 3.500 euros net environ.  

Autre changement en décembre, concernant la vaccination contre le Covid-19 : le pass sanitaire sera désactivé pour les plus de 65 ans s’ils n’ont pas reçu d’injection depuis sept mois. Cette obligation sera appliquée à partir du 15 décembre. Pour les plus de 18 ans, ce sera à partir du 15 janvier.