Se connecter S’abonner

Fêtes de Noël : trois Français sur dix se disent « inquiets » ou « attristés »

Certains Français renoncent à acheter des cadeaux de Noël, faute de moyens et 29% ne vont pas offrir de jouets à leurs enfants, selon un sondage.

Noël
Crédit : iStock.

Dix millions de Français vont passer le réveillon de Noël seuls. Les fêtes de fin d’année sont une source d’inquiétude pour 28% des Français interrogés par l’Ifop pour Dons solidaires, et 29% disent que la perspective de Noël les attriste. Soit environ trois Français sur dix pour lesquels les fêtes ne sont pas une source de réjouissances. Ce sont les personnes aux revenus modestes et les célibataires qui ont les sentiments les plus négatifs, selon ce sondage publié le 2 décembre. Ils sont 27% à évoquer la solitude comme raison. Ce qui les inquiète le plus, c’est le fait de ne pas, ou peu, pouvoir offrir de cadeau pour 30% des sondés. D’ailleurs, ils sont 40% à avoir déjà renoncé à acheter des cadeaux de Noël dans le passé par manque d’argent.

A contrario, qu’est-ce qui réjouit les Français par rapport au réveillon ? Le fait de passer du temps en famille arrive en tête des raisons de se réjouir (59%). Ensuite, c’est l’ambiance et la magie de Noël qui est cité (40%), puis le fait d’offrir des cadeaux (28%) et de faire un bon repas (22%). Les sondés pouvaient donner plusieurs réponses.

Un tiers va dépenser moins de 50 euros

Quant aux prix des jouets, ils sont une majorité à penser qu’ils ont augmenté (75%). La question a été posée uniquement aux parents d’enfants en âge de recevoir des cadeaux, précise l’Ifop. Ils sont 29% à affirmer qu’ils n’offriront pas de présents cette année, soit neuf points de plus que l’an dernier. Ils sont 57% à envisager de se priver pour gâter leurs bambins. Et enfin, ils sont 55% à dire que les cadeaux seront plus modestes cette année. Un tiers des sondés pensent y consacrer moins de 50 euros, soit la même proportion qu’en 2020. Pour ceux qui vont renoncer à acheter des cadeaux cette année, ou devoir faire des concessions, la honte et la culpabilité sont évoquées par 44% des personnes interrogées.

« Alors que la question du pouvoir d’achat a été réactivée dans le débat public, les résultats de cette enquête montrent que l’inflation suscite l’inquiétude d’une partie importante des Français. 57% d’entre eux estiment que leur pouvoir d’achat a baissé depuis le début de la crise du coronavirus et ils ont largement le sentiment que le prix des jouets a augmenté cette année », commente Jérôme Fourquet, directeur du département opinion et stratégies d’entreprise à l’Ifop.

Quels autres achats vont pâtir de cet effort consenti pour acheter des cadeaux à ses proches ? D’abord, les sorties, comme le cinéma et le restaurant, puis les vêtements, les vacances et l’alimentation. En cinquième position, on trouve le chauffage et l’éclairage. « Dans ce contexte, Dons solidaires renouvelle pour la 12e année consécutive l’opération ‘Noël pour tous’, afin de rompre l’isolement et l’exclusion et pour permettre au plus grand nombre de fêter Noël ‘comme tout le monde’ », communique l’association qui a commandé le sondage. Près de 500.000 personnes vont recevoir des cadeaux, partout en France.