Se connecter S’abonner

RSA : 34% des foyers éligibles n’en font pas la demande

Le montant des prestations non versées est évalué à 750 millions d’euros, selon une étude de la direction statistique du ministère de la Santé (Drees), publiée vendredi 11 février. 

prime d'activité
Crédit: iStock.

Plus d’un tiers des foyers éligibles au revenu de solidarité active (RSA) n’en ont pas fait la demande en 2018, selon une étude de la direction statistique du ministère de la Santé (Drees), rapportée par Les Echos, vendredi 11 février. Ainsi, depuis sa création il y a dix ans, le taux de non-recours au RSA n’a presque pas diminué. Il a seulement baissé de deux points, à 34%. 

Au total, le montant des prestations non versées s’élève à 750 millions d’euros, avec un montant moyen de 330 euros par mois et par unité de consommation, précise la Drees. Ce montant moyen est proche de ce que touchent les foyers éligibles au RSA.

Un manque d’informations

Autre donnée intéressante fournie par l’autorité : le taux de non-recours des 25-29 ans grimpe à 44% alors que celui des diplômés de l’enseignement supérieur est de 54%. Comment expliquer cela ? Par un changement rapide de situation personnelle ou professionnelle, qui entraîne une hausse des revenus. Ces changements sont courants dans ces catégories de population qui ne pensent pas à recourir au RSA. Cependant, près de 20% des foyers ne sollicitent pas cette aide alors qu’ils sont touchés par la pauvreté et qu’ils sont éligibles depuis trois trimestres.

Du côté des personnes bénéficiant déjà d’autres aides de la CAF, le taux de non-recours est moins important car elles sont mieux informées. Ainsi, il est de 18% chez les bénéficiaires d’aides au logement, concerne 21% des personnes touchant les allocations familiales et 16% de celles touchant la prime d’activité. Le taux de non-recours des femmes seules avec enfant est, lui aussi, faible (16%) comparé à celui des couples sans enfants (49%). Même constat pour les locataires de HLM dont le taux de non-recours est de 15% alors qu’il est de 33% dans le parc privé et qu’il s’élève à 61% chez les propriétaires.