Se connecter S’abonner

Vacances d’été : les voitures de location aussi seront chères

Alors que les vacances d’été ont déjà démarré pour de nombreux Français, les loueurs de voitures augmentent les prix face à une flotte trop peu importante.

vacances d'été
Crédit: iStock.

Rouler en voiture de location durant ses vacances d’été devrait coûter plus cher en 2022. C’est en tout cas ce qui ressort des récentes données publiées par le comparateur de prix spécialisé Carigami, rapporte Le Parisien. Faute d’un nombre de véhicules suffisant à mettre à la disposition de locataires potentiels, les loueurs gonflent les prix. À tel point que le prix moyen pour la location d’un véhicule sur une période d’une semaine atteint désormais 524 euros, tous modèles confondus. C’est 110 euros de plus que la moyenne enregistrée à l’été 2021. Et 279 euros de plus qu’en 2019 sur la même période.

Pour justifier ces tarifs en forte hausse, les entreprises de location évoquent la flambée du prix des matières premières, les usines fermées en Asie en lien avec les nombreux confinements, mais aussi la pénurie de composants électroniques. Les professionnels de la location sont bien embêtés par ce ralentissement de la chaîne de production. « Les loueurs, acquéreurs de près de 12 % des volumes d’immatriculation de véhicules particuliers chaque année, voient de nombreuses commandes annulées, sans possibilité d’en passer de nouvelles », regrette Mobilians, leur organisation professionnelle.

Vers la fin des vacances d’été pas trop onéreuses ?

Pour quelles raisons ? Tout simplement car les constructeurs sont moins rentables que les particuliers étant donné que l’achat d’une voiture leur revient souvent moins cher. « Lorsque les véhicules manquent, les constructeurs préfèrent fournir en priorité leurs gros SUV aux particuliers, à plus fortes marges », précise Pierre Feisthauer. D’ailleurs, sur la période de juin 2021 à juin 2022, le nombre d’immatriculations de voitures de location a diminué de 32,6 %.

Moment compliqué pour le secteur, qui est donc confronté à une forte demande sans pouvoir y répondre. Et cela ne devrait pas s’arranger par la suite. « Nous sommes partis sur une spirale qui ne va pas s’inverser demain, prévoit Pierre Feisthauer. Les tarifs de 2019 ne reviendront pas. ». L’essor de l’électrique, y compris dans la location courte durée ne devrait pas non plus aider à faire baisser les prix, car les loueurs sont confrontés à de nouvelles règles. « La part des voitures électriques et hybrides ne cesse d’augmenter au sein des flottes », abonde, auprès de nos confrères, Jean-Philippe Doyen, le président de la branche mobilité partagée chez Mobilians. Et d’ajouter : « Nous appelons donc à une certaine souplesse au regard de la conjoncture actuelle tout en réaffirmant notre engagement à proposer des véhicules toujours plus propres. » Enfin, pour faire diminuer la facture, rien ne vous interdit légalement de pratiquer le covoiturage.