Voiture électrique: un «plein» trois fois moins cher par rapport à un véhicule thermique?

Le gestionnaire du réseau électrique en France RTE a publié une étude sur le développement de la voiture électrique.

RTE pense que près de 15 millions de voitures électriques seront en circulation en France en 2035. Crédit: Istock

Un véhicule qui a beaucoup de vertus. L’entreprise qui gère le réseau électrique en France, Réseau de transport d’électricité (RTE, une filiale d’EDF), s’est penchée sur le cas de la voiture électrique. Dans une étude parue ce mercredi 15 mai, réalisée en lien avec l’Association pour le développement de la mobilité électrique et relayée par Les Echos, la voiture électrique permet de faire des économies.

Une facture annuelle de 400 euros

« Le coût du « plein d’électricité » pour une année serait aujourd’hui environ trois fois inférieur au coût du « plein d’essence » (véhicule essence) », peut-on lire dans cette étude, un rapport qui ne devrait pas évoluer dans le futur, malgré les possibles « hausse[s] de la fiscalité carbone associée aux produits pétroliers ».

Pour un véhicule parcourant entre 14 000 et 15 300 kilomètres par an et ne se rechargeant qu’à domicile en heures pleines, RTE calcule une facture d’électricité comprise entre 365 et 400 euros par an, selon les scénarios. Des frais qui pourraient être réduits en optimisant sa recharge avec le système électrique.

A LIRE >>> Une voiture électrique à moindre prix, ça vous dit ?

Moins d’émissions de polluants

Cette différence entre les tarifs des pleins d’électricité et d’essence ferait que la voiture électrique qui est plus chère à l’achat, aurait finalement un coût similaire à une voiture thermique, tout en réduisant significativement les émissions de CO2 : quatre fois moins de gaz carbonique, en prenant en compte le cycle de vie complet de la batterie.

Dans cette étude, RTE s’est aussi posé la question de l’alimentation électrique du pays : est-ce que le système a les reins suffisamment solides pour supporter autant d’appareils électriques ? Dans un scénario à 2035, le gestionnaire pense que ces véhicules ne représenteront « que » 10% de la consommation française d’électricité, relève Franceinfo, en prenant une hypothèse haute de 15,6 millions de véhicules électriques à cette date-là. Des ajustements dans le réseau et la production électrique seront nécessaires, mais c’est gérable, assure RTE.

Aujourd’hui, 223 000 voitures électriques et hybrides sont en circulation.

Sur le même thème

Budget auto Voiture électrique

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique