Automobile: l’éthylotest anti-démarrage bientôt généralisé?

Si le gouvernement encourage les conducteurs à utiliser ces dispositifs, l’association Prévention Routière milite pour leur installation obligatoire.

En ces périodes de fêtes, le gouvernement appelle les automobilistes à la plus grande vigilance. Crédit : ©Istock

Souffler avant de prendre le volant ? Un geste qui pourrait bientôt devenir un automatisme pour les automobilistes français. En effet, le gouvernement appelle à une plus grande utilisation de ces dispositifs en cette période de fêtes, explique BFMTV. Le système est déjà mis en place pour les conducteurs arrêtés pour la première fois avec un taux d’alcool compris entre 0,8 et 1,8 gramme par litre de sang.

Au total, cette année, 5.000 décisions préfectorales ont entraîné l’installation de ce dispositif dans un véhicule. La mesure a été lancée en mars dernier. Elle permet aux préfets d’imposer l’installation de l’éthylotest sans passer par un tribunal correctionnel. Elle permet également d’éviter au conducteur une suspension du permis de conduire et, par effet ricochet, de perdre son travail tout en empêchant la récidive.

Arrivée en 2022 ?

La sanction peut durer six mois et être renouvelée par un juge. Si de nombreux responsables soulignent l’efficacité de la mesure, elle n’est pour le moment effective que dans 55 départements alors que le gouvernement souhaite que les 46 autres s’y mettent rapidement.

A LIRE >>> Sécurité routière: quand l’intelligence artificielle peut vous éviter une amende injustifiée

L’association Prévention Routière demande au gouvernement d’aller plus loin. Elle veut une généralisation de l‘éthylotest anti-démarrage dans tous les véhicules de l’Hexagone. Une mesure qui pourrait devenir réalité en 2022, avec l’application d’une directive européenne. Cette dernière impose l’installation dans chaque véhicule neuf d’une prise pour brancher le dispositif, rappelle BFMTV.

« Responsabiliser les gens »

Anna Lavaud, déléguée générale de la Prévention routière estime ainsi dans Le Parisien que la mesure est « imposée aux chauffeurs d’autocar depuis 2015 et a été parfaitement acceptée par ces derniers ». Pour autant, il semble que la sécurité routière ne soit pas favorable à une telle généralisation.

A LIRE >>> Avec la loi alimentation, les prix de l’alcool ont beaucoup augmenté

Tout d’abord en raison du coût élevé du dispositif. Comptez entre 1.200 et 1.500 euros le boîtier neuf et 400 euros en moyenne pour son installation. Par ailleurs, cette idée peine à convaincre les Français. Sur Europe 1, certains appellent ainsi les citoyens à se « responsabiliser » quand un autre estime que « c’est une bonne idée à condition que ce soit uniquement une ‘possibilité de’ ».

Selon une étude, 31% des Français reconnaissent avoir déjà vu une personne ayant dépassé le taux légal autorisé prendre le volant, rappelle le Huffington post. Selon une étude de la Prévention routière, les éthylotests anti-démarrage pourraient « régler 30% de l’accidentalité liée à l’alcool ».

Sur le même thème

Alcool automobile

Réactions et commentaires

Sur la même thématique