Se connecter S’abonner

Assurance auto: une explosion des tarifs sur cinq ans

Selon le baromètre du comparateur en ligne Lelynx.fr, la prime d'assurance automobile des Français a augmenté de 2,9% l'an dernier. En cinq ans, cette hausse atteint 12%.

Les primes d’assurance automobile ont encore augmenté en 2019. Cette fois, en un an, la hausse de la prime a atteint 2,9%, chiffre le cinquième baromètre du comparateur en ligne Lelynx.fr publié par Le Parisien. Désormais, il faut compter une moyenne de 632 euros pour assurer une voiture. Il y a cinq ans, ce coût était inférieur de 12%.

Pour Amina Walter, la directrice générale déléguée du site, cela ne fait pas un pli. L’augmentation, en 2019, « de 6,5 % du coût des réparations et du prix des pièces détachées explique en grande partie cette forte progression des primes. Les véhicules sont toujours plus équipés et coûteux à réparer en cas de sinistre », explique-t-elle au quotidien.

D’importantes disparités 

Comme les années précédentes, les disparités régionales restent énormes. Pour preuve: les Bretons payent 160 euros de moins que les Franciliens. Les premiers versent ainsi 537 euros par an, quand les seconds payent 697 euros. Les habitants de la Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) sont à peine mieux lotis avec une prime d’assurance moyenne d’un montant de 677 euros. L’Auvergne-Rhône-Alpes (639 euros) et les Hauts-de-France (636 euros) suivent. Le baromètre fait ressortir des écarts encore plus importants entre les villes d’une même région. En partie à cause du vandalisme, un Marseillais devra s’acquitter d’une prime annuelle de 808 euros en moyenne, contre 677 euros pour les autres habitants de la Paca.

A LIRE >> Automobile: le gouvernement aidera à l’achat de voitures vertes

Et il n’y a pas que les tarifs qui varient d’une région à l’autre, les hausses ne sont pas homogènes non plus. En 2019, la prime normande a explosé de 4,5 %, pour atteindre 603 euros en moyenne. L’explication de cette évolution est à chercher en partie du côté de la météo: l’année a été marquée par le passage des tempêtes Carmen et Eleanor. Le bond de plus de 7 % de la mortalité sur les routes de l’Orne, en 2018, a aussi eu un impact. Pour autant, « en comparaison avec leurs revenus, l’assurance auto coûte bien trop cher aux Français », affirme au quotidien Amina Walter.

980 000 requêtes comparatives

L’étude est issue de plus de 980 000 requêtes comparatives lancées en ligne durant l’année 2019. Le montant moyen inclut tous les types d’assurance (au tiers, tous risques…) et de voitures. Pour mémoire, les primes sont calculées en fonction du profil de l’assuré. Par exemple, son expérience au volant, sa propre sinistralité ainsi que son lieu d’habitation sont prises en compte. La valeur et la puissance du véhicule influent aussi sur le calcul, sans oublier le coût des réparations, la sinistralité globale ou encore le risque climatique.