Surendettement : pourquoi les Français sont de moins en moins concernés

D’après les données de la banque centrale française, le nombre de dossiers de surendettements soumis est en baisse pour la quatrième année consécutive. Les réformes ont fait leur effet.

Le manque de revenus provoque le surendettement plus qu’un excès de dépenses. Crédit: Istock

C’est une bonne nouvelle : le surendettement recule en France. D’après les chiffres publiés par la Banque de France, 91 899 nouveaux dossiers de surendettement ont été déposés en 2018. Un chiffre qui ne cesse de baisser depuis 2012 et qui est revenu à un niveau proche de celui de l’année 1990.

Le nombre total de situations de surendettement soumises aux commissions spéciales (les nouveaux dossiers et les renouvellements) s’est élevé à 162 936, une baisse de 29% par rapport à 2014 et pour la sixième année consécutive. 147 853 dossiers ont été déclarés recevables. L’endettement global représentait 6,598 milliards d’euros en 2018, soit une dette moyenne de 43 049 euros, un chiffre également en baisse au fur et à mesure des années.

Baisse du coût du crédit

La Banque de France explique ces baisses d’abord par l’amélioration de la conjoncture économique et aussi par la baisse du coût du crédit ces dernières années. L’encadrement de la distribution des crédits à la consommation a aussi joué un rôle, comme la loi de juillet 2010 « qui a notamment entrainé un net recul de l’encours des crédits renouvelables dans le surendettement », note la banque centrale. Ce type d’emprunt pèse pour moins de 40% du surendettement total en 2018 contre plus de 60% en 2010, relève Les Échos.

A LIRE >>> Taux des crédits immobiliers : ils baissent encore !

La simplification des procédures aurait également eu un rôle. Les procédures d’effacement de dette ont été accélérées en 2018. La décision d’effacement de dette devait être homologuée par un juge. Ce n’est plus le cas maintenant.

Les femmes plus touchées que les hommes

La Banque de France souligne une tendance apparue ces dernières années : c’est le manque de revenus qui provoque le surendettement plus qu’un excès de dépenses. « Le profil des dossiers traités a changé : les difficultés se concentrent sur des ménages plus fragiles », commente Stéphane Tourte, directeur des particuliers à la Banque de France, dans La Croix. Les personnes les plus touchées par le surendettement sont isolées, sans conjoint ou séparées. « Les employés, les ouvriers et les personnes sans activité professionnelle sont surreprésentés par rapport à leur poids dans la population française. Les femmes sont plus exposées que les hommes au risque de surendettement », souligne la Banque de France.

Sur le même thème

crédit surendettement

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique