Les banques proposent des prêts supplémentaires pour toutes les entreprises

Face à la fermeture de dizaines de milliers d’entreprises les banques se mobilisent. Dès mercredi 25 mars, les entreprises pourront souscrire un prêt d’un montant maximal de trois mois de chiffre d’affaires, annonce Le Parisien.

Commencez par téléphoner à votre banque pour discuter de l'aide dont vous avez besoin. Crédit: iStock.

À compter du mercredi 25 mars, grâce à la garantie de l’État de 300 milliards d’euros, les entreprises mise à mal par la crise sanitaire du coronavirus pourront souscrire un crédit d’un montant maximal de trois mois de chiffre d’affaires à un taux de 0,25%. C’est ce qu’a annoncé Frédéric Oudéa, président de la Fédération bancaire française (FBF) et directeur général de la Société Générale, au Parisien.

La garantie équivaut à plus de « la totalité des prêts accordés aujourd’hui aux PME. En clair, toutes les entreprises pourront demander à leur banque un prêt d’un montant pouvant atteindre trois mois de chiffre d’affaires. Par exemple, un artisan qui fait 600 000 euros par an pourra obtenir un prêt jusqu’à 150 000 euros. Soit un quart de son chiffre d’affaires annuel. Nous allons diffuser l’information et former nos réseaux dans les deux prochains jours », décrit Frédéric Oudéa au quotidien.

Rien à payer pendant un an

Dans la pratique, le patron en difficulté devra contacter sa banque, afin de définir l’aide dont il a besoin.  « Il n’aura rien à rembourser avant un an. Au bout de ces douze mois, il aura à décider : soit de rembourser immédiatement, soit progressivement en prolongeant son prêt jusqu’à cinq ans de plus tout », précise-t-il.

A LIRE >> Coronavirus: une série d’aides pour soutenir les entreprises

Si dans la pratique, la main tendue l’est à toutes les entreprises, les banques s’attendent essentiellement à des demandes émanant de la part des entreprises de tailles intermédiaires et des petites ou moyennes entreprises (PME). Les artisans, les restaurateurs et les commerçants font partie des entités économiques les plus touchées. Il n’empêche que tout a été prévu. «Pour les entreprises de moins de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires, ce sera de 0,25% du montant du prêt. Au-delà, il passe à 0,5%. Si le prêt est prolongé au-delà d’une année, le prix augmentera progressivement. Les montants seront précisés par décret mardi (NDLR 24 mars). »

Une mesure en plus des autres

Il faudra également prendre en compte la facturation par les banques des taux d’intérêt auxquels elles vont emprunter ces sommes. Selon la Banque centrale européenne, à la fin du mois janvier, le taux d’intérêt moyen pour les prêts aux PME était de 1,71 % en France et de 1,97 % en Europe.

Cette mesure s’ajoute à celles déjà prises par les banques, qui acceptent de décaler jusqu’à six mois les échéances de remboursement de prêts aux entreprises, sans frais additionnels ni pénalités. Elles renforcent celles mises en œuvre par le ministère de l’Économie et des Finances, telles que le report de charges fiscales et sociales à hauteur de 300 milliards d’euros, la suspensions des factures de gaz, d’électricité ainsi que les loyers ou la prise en charge des salariés au travers du dispositif de chômage partiel.

Sur le même thème

Banques crédit Entreprises prêt

Réactions et commentaires

Sur la même thématique