Prime de 1 000 euros: les entreprises sans plan d’intéressement pourront l’accorder

En reportant l’obligation pour l’employeur d’avoir un accord d’intéressement au sein de l’entreprise, Bercy donne aux entreprises la possibilité de verser une prime défiscalisée à leurs salariés.

Cet assouplissement des conditions de versement de la prime défiscalisée de 1 000 euros découle tout droit de demandes. Crédit: iStock.

Le ministère de l’Économie et des Finances et le ministère du Travail ont décidé de « reporter pour trois mois » l’obligation pour l’employeur d’avoir un accord d’intéressement au sein de l’entreprise, pour verser ce coup de pouce aux collaborateurs. Une manière de permettre aux entreprises de récompenser les salariés pour qui le télétravail est impossible et qui se rendent sur leur lieu d’activité en cette période de crise sanitaire. La mesure a été annoncée ce mardi 24 mars par Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances, sur franceinfo.

Cet assouplissement des conditions de versement de la prime défiscalisée de 1 000 euros découle tout droit de demandes. « Nous avons eu, ces derniers jours, des demandes de la part des patrons de PME et de syndicats pour que, dans le contexte actuel, l’accord d’intéressement ne soit pas obligatoire. Dans le BTP, mais aussi l’agroalimentaire, de nombreuses entreprises n’ont pas eu le temps d’en mettre un en place, mais voudraient tout de même verser la prime. Nous voulions montrer plus de souplesse », explique Bercy.

Auchan, Carrefour, Lidl, Leclerc…

L’intéressement est un dispositif facultatif résultant d’un accord entre partenaires sociaux, qui permet à toute entreprise d’associer financièrement ses salariés aux résultats de l’entreprise. Cet accord devait initialement avoir été signé avant le 30 juin 2020 pour permettre de bénéficier de la défiscalisation de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat (dite « prime Macron ») qui peut être versée jusqu’à cette date.

A LIRE >> Coronavirus: une prime de 1 000 euros pour ceux qui continuent à travailler?

Dès le début, les patrons de TPE-PME avaient dénoncé cette nouvelle obligation jugée incompatible avec leur mode de fonctionnement. Créée à la suite des gilets jaunes, la « prime Macron » avait pu être versée par tous en 2019 et les chefs d’entreprises avaient été très nombreux à la distribuer à leurs équipes. Vendredi 20 mars, Bruno Le Maire avait incité les entreprises à verser une prime défiscalisée à ceux qui continuent de travailler. Plusieurs grandes enseignes de la distribution comme Auchan, Carrefour, Leclerc ou Lidl, ont d’ores et déjà fait savoir que leurs salariés allaient en profiter. L’assouplissement annoncé ce jour devrait permettre à plus de salariés de toucher cette prime.

Sur le même thème

Entreprises salaire salaires

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique