Se connecter S’abonner

Energie: le prix du gaz baisse de 2,8%

À compter du lundi 1er juin, les tarifs réglementés de vente de gaz d’Engie diminuent en moyenne de 2,8 %.

C’est une bonne nouvelle pour de nombreux foyers. Par rapport au barème en vigueur depuis le 1er mai dernier, les tarifs réglementés de vente de gaz d’Engie affichent une baisse moyenne de 2,8%, informe la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Et cela dès le lundi 1er juin

Dans la pratique, la diminution fluctue en fonction de l’utilisation du gaz. Elle atteint 0,7 % pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 1,5 % pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 2,9 % pour les foyers qui se chauffent au gaz. Cette nouvelle baisse fait que les tarifs du gaz passent en dessous de ceux du mois de mai 2016. 

Par ailleurs, comme le rappelle l’Institut national de la consommation, les coupures d’électricité, de gaz ou de chaleur dans une résidence principale, sont suspendues jusqu’au 10 juillet 2020, date de la fin de l’état d’urgence sanitaire. Dans le cas de l’électricité, les fournisseurs peuvent cependant pratiquer une réduction de puissance. Par exemple, si votre abonnement est de 6 kVA ou plus, vous serez limité à 3 kVA. 

Pensez au chèque énergie

Cette puissance permet le fonctionnement des appareils usuels quotidiens comme le réfrigérateur, le congélateur, et les appareils électroniques et d’un gros appareil tel qu’un chauffage, un lave-linge… mais tous ces appareils ne pourront pas fonctionner en même temps. Si votre abonnement est déjà de 3 kVA vous serez alors limité à 1 kVA. 

A LIRE >> Quand recevrez-vous votre chèque énergie?

Pour mémoire, les foyers les plus modestes bénéficient automatiquement d’un chèque énergie. Ce coup de pouce, dont le montant varie en fonction des revenus, est envoyé automatiquement par courrier, afin de faire face aux dépenses énergétiques. Si vous êtes éligibles, vous avez dû recevoir le vôtre en avril. En 2018, 900 000 chèques n’avaient pas été utilisés soit parce que le courrier n’était jamais arrivé à bon port en raison d’un changement d’adresse, d’un oubli ou bien d’un manque d’information concernant son utilisation.