Internet: gare aux abonnements cachés derrière un bon plan!

Des prix très intéressants ou des produits gratuits doivent attiser votre vigilance sur Internet, où de plus en plus de fausses bonnes affaires s’accompagnent d’abonnements cachés.

Même le désabonnement a un coût. Crédit: iStock.

La Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) attire l’attention des consommateurs sur les abonnements cachés. Dans un communiqué du vendredi 3 juillet, elle explique que certaines offres très alléchantes pour le consommateur, cachent une souscription obligatoire à un abonnement. C’est le cas notamment de smartphones neufs et récents à 1 euro, de cafetières et même de drones ou de prêt-à-porter. 

Dans la pratique, pour bénéficier de ces prix exceptionnels, le client doit devenir « ‘membre VIP’ et cette inscription déclenche un prélèvement automatique mensuel d’un montant variable selon le site », précise la DGCCRF. Cet abonnement permet de recevoir une sélection mensuelle de produits adaptés aux goûts du membre. Si la sélection n’est pas appréciée par le consommateur, celui-ci peut, théoriquement, ne pas subir ce prélèvement à la condition de le préciser dès les premiers jours du mois. 

La théorie et la pratique

La DGCCRF note toutefois que l’écart est grand entre la théorie affichée par les conditions générales de vente du site et les pratiques constatées. Déjà, parce que de nombreux mails de présentations de la sélection du mois arrivent dans la boîte « spam » ou en message indésirable. Ensuite, parce que « le montant de cet abonnement est automatiquement débité chaque mois, même si les produits offerts ne conviennent pas ». Il ne faut donc pas compter sur un remboursement de celui-ci, mais sur un « crédit » qu’il faudra dépenser lors d’achats ultérieurs. 

Pour ce qui est du désabonnement, il est possible, mais il a également un prix. Irréalisable en ligne, il nécessite un appel téléphonique vers un numéro surtaxé. Si vous êtes victime de ce que la DGCCRF considère comme une arnaque, elle vous recommande de demander l’arrêt du prélèvement soit par courrier, soit en ligne.

Réclamer un remboursement

Vous pouvez également réclamer le remboursement des prélèvements déjà effectués et contacter votre banque pour faire part de votre problème. Elle pourra peut-être mettre en œuvre une procédure grâce à laquelle vous pourrez obtenir le remboursement prévu par le Code monétaire et financier, en l’absence de consentement du consommateur à la réalisation d’une transaction.

A LIRE >> Annonces et pratiques trompeuses, allégations mensongères… la DGCCRF épingle les salles de sport

Vous pouvez aussi déposer une réclamation auprès de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) ou de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) de votre résidence.

Sur le même thème

Achats en ligne Achats sur Internet arnaque arnaques internet

Réactions et commentaires

Sur la même thématique