Retards dans le transport aérien : Air France en bas de classement

AirHelp a mené une étude sur 75 compagnies aériennes pour connaître leur ponctualité sur les vols long courrier. Les résultats ne sont pas fameux pour les compagnies européennes.

Des indemnités sont prévues pour les passagers des vols retardés. Crédit: Istock

Plus d’un vol sur deux. C’est à peu près la proportion de trajets long courrier qui sont en retard ou qui ont été annulés, entre janvier 2017 et janvier 2019. AirHelp, une entreprise spécialisée dans les droits des passagers aériens, a conduit une étude, révélée par Le Figaro, sur la ponctualité des vols de 75 compagnies aériennes qui durent plus de 5 heures.

Le podium est occupé par Honk Kong Airlines (avec un taux de ponctualité de 83,57%), Kenya Airways (71,87%) et Singapore Airlines (67,04%). Puis viennent l’Américaine Delta Air Lines (67 %) et Japan Airlines (66,75%).

Air France, 45ème du classement

Pour trouver une compagnie européenne dans ce classement, il faut descendre à la onzième place, où se trouve l’Espagnole Iberia, dont 63,98% de ses vols longs courriers sont arrivés à l’heure durant les deux dernières années.

A LIRE >>> Retard ou annulation de vol avec Ryanair: les droits des consommateurs ne seraient pas respectés

KLM – Royal Dutch Airlines se classe 19ème, avec un taux de ponctualité à 59,42%. Quant à Air France, elle est 45ème de ce classement (cinq places derrière British Airways), avec un taux de ponctualité de 49,48%, soit quasiment un vol de plus de cinq heures sur deux affecté.

Les passagers peuvent être indemnisés

AirHelp, qui propose des conseils sur l’indemnisation en cas de retard, rappelle que les passagers d’un vol qui accuse un retard de plus de trois heures peuvent demander un dédommagement. Il sera de 250 euros si la distance du vol est inférieure à 1 500 km et de 400 euros si la distance est comprise entre 1 500 et 3 500 km.

Egalement, une compensation de 300 euros est prévue si le retard est compris entre 3 et 4 heures et de 600 euros pour les retards supérieurs à 4 heures. Ces règles ne concernent cependant que les vols à l’intérieur de l’Union européenne. Les circonstances extraordinaires comme la météo ou une urgence médicale, ne sont pas des retards qui permettent de demander une indemnité.

En ce qui concerne les vols en dehors de l’UE, dont la distance entre les aéroports de départ et d’arrivée est comprise entre 1 500 et 3 500 km, l’indemnisation est de 400 euros.

Sur le même thème

transport aérien

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique