Pompes funèbres : certains professionnels n’hésitent pas à arnaquer les familles

Selon la Répression des fraudes, l’information du consommateur est mal assurée dans ce secteur ce qui permet aux arnaques de proliférer.

Plus de la moitié des entreprises contrôlées en 2019 dans le secteur étaient en faute. Crédit: Istock

Le secteur des pompes funèbres n’est pas exempt de fraudes. Selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), qui présentait lundi son bilan 2018, des anomalies ont été constatées dans plus de la moitié des 600 entreprises contrôlées, rapporte Europe 1.

Des obligations

La fraude la plus fréquente consiste à inclure dans le devis, des prestations funéraires présentées comme obligatoires alors qu’elles ne le sont pas. Comme souvent dans ces situations, le consommateur n’est pas « en situation de rechercher toute l’information utile et de faire jouer efficacement la concurrence », note la Répression des fraudes dans son bilan. Les professionnels en profitent, les familles acceptent ce qu’il leur est proposé sans vérification, d’autant plus que les décisions doivent se prendre rapidement dans ce genre de circonstances.

A LIRE >>> Le secteur des services funéraires manque de transparence selon la Cour des comptes

Les contrôles de la DGCCRF dans le secteur funéraire ont donné lieu à 263 avertissements, 129 injonctions, 52 amendes administratives et 1 procès-verbal. Dans son rapport, l’administration explique qu’un arrêté, relatif à l’information sur les prix des prestations funéraires, a été pris il y a vingt ans désormais. Il prévoit des obligations pour les professionnels du secteur avec notamment un devis-type où doivent figurer ces prestations courantes : la préparation et l’organisation des obsèques, le transport du défunt avant la mise en bière, le cercueil et ses accessoires,  la mise en bière et la fermeture du cercueil, le transport du défunt après la mise en bière, la cérémonie funéraire, l’inhumation ou la crémation.

Réformer le devis type

Selon le site Internet de l’Association des maires de France, un modèle-type doit être disponible en mairie, ce qui est loin d’être le cas, notait la Cour des comptes, dans son rapport annuel 2019 : « Plus de 60 % des communes contrôlées n’avaient pas mis, ou de manière partielle seulement, les devis-types à disposition du public car les opérateurs ne les leur avaient pas transmis. » Parmi ses recommandations, la Cour demandait au gouvernement de réformer ce devis-type pour qu’il soit plus facile à lire et puisse faciliter la comparaison entre les différentes entreprises.

Sur le même thème

fraude Services funéraires

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique