Il est présent dans les gâteaux ou les bonbons: le dioxyde de titane disparaîtra des aliments en 2020

Utilisé principalement comme colorant, le dioxyde de titane sera interdit au 1er janvier 2020 dans toutes les denrées alimentaires. Il ne disparaîtra pas pour autant de nos corps.

L'additif E171 est présent dans de nombreux produits. Crédit: Istock

Appelez-le E171 : le dioxyde de titane peuple une bonne partie de notre alimentation et principalement les produits sucrés. Mais bientôt ce sera du passé : les ministères de l’Economie et de la Transition écologique ont annoncé le 17 avril 2019, que cet additif suspect disparaîtra des rayons des supermarchés le 1er janvier 2020. Les produits le contenant n’auront plus le droit d’être mis sur le marché. Cette interdiction est prévue pour durer un an, elle est renouvelable.

Un colorant répandu

Pour prendre cette décision, le gouvernement attendait un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses): cette dernière a passé au crible près de 25 nouvelles études sur la toxicité du E171, rappelle Le Huffpost, et a conclu « qu’elle ne dispose pas d’éléments nouveaux permettant de lever les incertitudes sur l’innocuité de l’additif E171 ». Selon 60 millions de consommateurs, lorsqu’il est ingéré par les rats, le dioxyde de titane favorise des lésions précancéreuses au niveau du colon, des anomalies de développement. Le E171 provoque aussi des effets sur l’ADN.

L’industrie agro-alimentaire utilise le dioxyde de titane principalement comme colorant : il permet d’avoir un rendu blanc brillant. On le retrouve dans les M&M’s, dans la sauce Kebab de la marque Bénédicta ou encore dans les chewing-gums Hollywood et le Précieux au caramel de Gü. Le problème avec le E171, c’est qu’il est très fin : une partie de l’additif est sous forme de nanoparticules qui peuvent franchir la barrière intestinale et se retrouver dans le sang.

A LIRE >>> Les compléments alimentaires pour le cerveau inutiles voire dangereux selon 60 Millions

Du E171 dans les médicaments et les cosmétiques

Si le dioxyde de titane n’a plus le droit de citer dans les aliments, il sera encore présent dans les médicaments et les cosmétiques, qui ne sont pas concernés par l’interdiction prise par les ministères. Une décision qui se justifie par les usages et donc les doses ingérées, selon une source gouvernementale citée par Le Parisien : « vous êtes dans des doses qui n’ont rien à voir avec les produits alimentaires, en plus vous pouvez manger des M&Ms toute la journée mais ce n’est pas le cas pour du Doliprane, par exemple ».

Sur le même thème

alimentation Consommation

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique