Où consomme-t-on le plus de produits bio en France?

La réponse à cette question est intimement liée aux revenus des consommateurs.

Les prix bio sont généralement plus chers. Crédit: Florence DURAND/SIPA

Est-ce qu’acheter et consommer des produits labellisés agriculture biologique est intimement lié aux revenus ? C’est l’une des questions auxquelles répond l’étude sur les produits bio faite par le spécialiste de la distribution Olivier Dauvers et relayée par BFMTV, en croisant des données de l’Insee et de IRI, une société spécialisée dans les données de la grande consommation, notamment.

Paris en tête du classement

Ainsi, c’est à Paris que les produits bio ont la plus grande part de marché : 8%. Le top 5 est également constitué du département des Hauts-de-Seine (où les produits bio ont une part de marché de 6,5%), des Hautes-Alpes (5,9%), de la Haute-Savoie (5,8%) et des Alpes-Maritimes (5,6%). La présence des Hautes-Alpes dans ce classement peut étonner : comparé aux autres départements, il s’agit d’un département rural, aux revenus inférieurs à la moyenne française. L’une des explications peut tenir dans la part des terres cultivées en agriculture biologique : elle est de 27% dans ce département, contre 6,5% pour la moyenne nationale.

Dans le bas du classement, on retrouve les départements de la Haute-Marne (où les produits bio représentent 2,3% des produits vendus), la Somme (2,2%), les Ardennes (2,1%), le Pas-de-Calais (1,9%) et enfin l’Aisne (1,8%). On peut remarquer que ce sont des départements qui ont connu une forte désindustrialisation et où l’agriculture n’a pas beaucoup de poids.

A LIRE >>> Aliments bio: la répression des fraudes épingle plus de 600 producteurs et commerçants en 2017

L’explication du prix

Si l’on classe les départements par richesse, dans les départements « riches » (qui ont un revenu moyen supérieur à 21 000 euros par an et par foyer), le bio a une part de marché de 4,9%. Dans les départements « intermédiaires » (entre 19 000 et 21 000 euros par an et par foyer), le bio représente 3,8%. Enfin, dans les départements où le revenu moyen est inférieur à 19 000 euros, la part de marché du bio est de 3,4%.

Selon l’étude, le prix est une des explications de ces résultats, vu qu’un produit bio est globalement 50% à 60% plus cher que l’équivalent non bio. Mais il y aurait peut-être aussi quelque chose qui relève de l’acceptation des nouveaux modes de consommation, plus vite acquis par les classes les plus aisées que par les autres.

Sur le même thème

bio Consommation

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique