Petits prix et météo ensoleillée : les Français n’ont pas boudé les soldes d’été

Les soldes d’été ont débuté le mercredi 26 juin. Les commerçants tirent un premier bilan positif de ces trois premières semaines de bonnes affaires.

Ces soldes d'été ont les dernières avec une durée de six semaines. Crédit: Istock

De quoi faire oublier les mauvais chiffres de 2018. Trois semaines après leur démarrage, les soldes d’été semblent bien partis, même si la consommation peut manquer de vigueur.

Pour Yohann Petiot, directeur général de l’Alliance du commerce, qui représente 26 000 magasins dans le secteur de l’équipement de la personne, « ce qui remonte depuis trois semaines, c’est que ces soldes sont plutôt bons ».

« On a eu un démarrage assez faible, dans la poursuite des ventes privées, mais ça a repris le week-end suivant avec la deuxième démarque et on sent que ça s’est poursuivi », précise-t-il.

Légère croissance dans l’habillement

Une tendance que confirme la Fédération du commerce spécialisé Procos, qui représente 260 enseignes.

« La première période des soldes (26 juin au 14 juillet) a connu une activité assez soutenue pour plusieurs secteurs, notamment l’équipement de la maison et le sport (+8%) », tandis que « l’habillement connaît également à ce jour une légère croissance par rapport à 2018 (+1,7%) », souligne-t-elle dans un communiqué.

Sur cette période, « on est sur une croissance en moyenne de 2,8% du chiffre d’affaires », précise Emmanuel Le Roch, son délégué général en nuançant toutefois car le cru 2018 avait été « compliqué », d’où un effet de comparaison favorable.

A LIRE >>> Soldes d’été : ces points sur lesquels il faut rester vigilant

« De vrais petits prix »

Selon M. Petiot, les commerçants ont pratiqué « de vrais petits prix », dont les clients sont « friands » et « ça a bien marché, même si les taux de démarque sont similaires aux autres années ».

Contrairement à l’an dernier, « la météo a été favorable », souligne-t-il, notamment au profit des centres commerciaux, qui ont bénéficié d’un « effet clim » à la faveur de la canicule de fin juin, spécifiquement auprès des populations « seniors » qui y sont plus sensibles.

Ces fortes températures ont également profité aux vendeurs de climatiseurs, ventilateurs, congélateurs ou réfrigérateurs. Ainsi, chez Boulanger, on précise à l’AFP avoir observé « une augmentation de 10% du trafic en magasin depuis le début des soldes par rapport à l’année dernière », de même que sur le site internet (+17%).

Enfin, alors que l’an dernier les Français avaient négligé les soldes en raison du Mondial de football, remporté par l’équipe de France masculine, cette année, les Bleues, en terminant « beaucoup plus tôt » leur parcours, en quart de finale, ont « mobilisé moins de monde », selon M. Petiot.

Fin de règne ?

Maintenant, « est-ce que cette dynamique va se poursuivre sur la deuxième partie des soldes, avec le gros des départs, ou se décaler sur les lieux de vacances? C’est à voir », s’interroge-t-il.

Pour Yves Marin, expert distribution au sein du cabinet Bartle, on est plutôt sur des « soldes de fin de règne »: ce sont les derniers d’une durée de six semaines, avant leur passage à quatre l’hiver prochain, ce qui se traduit par une consommation « un peu molle ».

La nouveauté cette année, selon lui, c’est l’extension de l’Amazon Prime Day, une opération promotionnelle du géant américain de la vente en ligne, de un à deux jours, qui a eu tendance à phagocyter les achats de produits high tech lundi et mardi sur cette plateforme, au détriment de Fnac Darty ou Cdiscount, même si ces distributeurs ont lancé des opérations similaires.

A LIRE >>> Soldes d’été: plus responsables et éthiques, ces marques refusent de brader leurs vêtements

Déconsommation

Les Français ayant apparemment pris le pli de la « déconsommation » à la suite des « gilets jaunes », qui les ont détournés de la traditionnelle virée shopping du samedi, « les grosses pièces ont du mal à partir », souligne aussi M. Marin, ajoutant que les commerçants, ayant anticipé ce mouvement, avaient adapté leurs stocks ces derniers mois, « levant le pied sur leur réapprovisionnement ».

De plus, ajoute l’expert, la tendance n’est pas à la fête en terme de moral des ménages, et donc moins aux achats d’impulsion comme les soldes peuvent en générer. Cette baisse de confiance, M. Le Roch la confirme: même si le gouvernement a donné des coups de pouce au pouvoir d’achat, « les bénéfices ne devraient se voir qu’en 2020 ».

Sur le même thème

Consommation Soldes Soldes d'été

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique