Amazon veut faire payer la taxe GAFA à ses clients

L’entreprise américaine va répercuter cette taxe sur ses vendeurs en France, entraînant de fait une augmentation des prix pour les clients français.

Amazon veut faire payer la taxe GAFA à ses clients. Crédit : ©Istock

Elle affirme ne pas avoir le choix. Moins de trois semaines après l’adoption de la taxe GAFA, Amazon a indiqué ce jeudi qu’elle allait la répercuter sur les tarifs appliqués aux vendeurs de sa plateforme en France. Il s’agit de la première entreprise à faire ce choix, explique 20 Minutes, alors que le gouvernement a voté, mi-juillet, un alourdissement de la fiscalité sur les grandes entreprises du numérique, visant particulièrement Google, Apple, Facebook et Amazon.

Cette taxe GAFA crée une imposition de 3% sur le chiffre d’affaires que ces sociétés réalisent dans l’Hexagone. Un moyen pour le gouvernement français de ne pas taxer les bénéfices de ces géants, qui déclarent souvent leurs revenus dans des pays à très faible fiscalité comme l’Irlande.

Un secteur très concurrentiel

Face à cette décision, Amazon a annoncé une augmentation de ses frais de gestions envers ses clients de… 3%. La société de Jef Bezos veut ainsi amortir le coût de la taxe en la répercutant directement sur les entreprises qui passent par sa plateforme pour vendre leurs produits.

A LIRE >>> Le numérique à la conquête de la gestion locative

Dans les colonnes du Parisien, le géant américain a affirmé ne pas avoir les moyens de faire autrement : « Étant donné que nous opérons dans le secteur très concurrentiel et à faible marge du commerce de détail et que nous investissons massivement dans la création d’outils et de services destinés à nos clients et à nos vendeurs partenaires, nous ne sommes pas en mesure d’absorber une taxe supplémentaire assise sur le chiffre d’affaires et non sur les bénéfices », explique la société.

Une hausse répercutée sur le consommateur ?

Par ricochet, ce sont donc les Français qui devraient, au bout du compte, payer la facture de la taxe GAFA. Amazon explique que « malheureusement, nous nous attendons à ce que nombre de ces entreprises soient en conséquence contraintes à répercuter cette taxe sur les consommateurs, ce qui entraînera une hausse des prix de leurs produits vendus en ligne ».

Du côté du ministère de l’Économie et des Finances on rappelle que la taxe GAFA vise à faire payer aux entreprises concernées « leur juste impôt en France ». En tout, la mesure vise une trentaine de grands groupes. Deux seuils sont prévus : un chiffre d’affaires minimum de 750 millions d’euros au niveau mondial et 25 millions dans l’Hexagone.

A LIRE >>> Google lancera sa plateforme « Stadia » en novembre avec une trentaine de jeux vidéos

Pour le moment, Amazon est la seule entreprise à avoir pris cette décision. Du côté de Rakuten France (ex-PriceMinister), pas question de répercuter la hausse de l’imposition… pour l’instant. Le groupe devrait attendre « de voir l’impact » de la taxe en 2020. De leur côté, Google et Apple n’ont pas réagi. Facebook a affirmé ne pas être en mesure de préciser si ses tarifs seraient également révisés à la hausse ou non.

Sur le même thème

Amazon GAFA Taxes

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique