Consommation : Amazon accusé de vendre des produits alimentaires périmés

Le géant américain du e-commerce a déjà été mis en cause dans des scandales impliquant ses revendeurs, avec la commercialisation de produits illégaux.

Amazon est accusée par la chaîne CNBC de vendre des produits alimentaires avariés. Crédit : ©Istock.

Nouvelle affaire embarrassante pour Amazon. La plateforme américaine est accusée par la chaîne CNBC de vendre des produits alimentaires avariés. Pour son enquête, le média américain s’est appuyé sur des centaines de commentaires et sur une analyse de données établie par une entreprise spécialisée.

Selon les résultats, 40% des produits alimentaires sur Amazon sont proposés par des entreprises visées par des plaintes liées à la distribution de produits périmés. Au cœur des inquiétudes : la place de marché (Market Place) du géant du e-commerce. Cet espace regroupe l’ensemble des vendeurs tiers d’Amazon, à l’origine de 60% de ses ventes dans le monde.

Du thé vieux de deux ans

CNBC explique qu’aucune denrée alimentaire n’est épargnée : paquets de viande séchée, pots de crème pour café, thé ou encore produits pour bébé. Parmi les marques visées, des préparations pour nourrissons Similac écoulées trop tardivement. Une situation telle que la marque encourage ses clients à ne plus passer par Amazon pour l’achat de ses produits. 

A LIRE >>> Amazon aurait secrètement changé son algorithme pour promouvoir ses produits

Autre exemple révélateur, le thé Teavana, détenu par Starbucks. Si la marque existe toujours, la firme américaine a fermé ses boutiques en 2017. Pourtant, deux ans après la fin de la production de ses sachets de thé, ces derniers sont toujours proposés à l’achat sur Amazon.

Des incidents isolés ?

Contacté par CNBC, Amazon a affirmé que les ventes de produits périmés constituent des incidents isolés. L’entreprise précise que les vendeurs alimentaires doivent garantir que leurs denrées ne seront pas périmées dans les 90 jours après la mise en vente. Ils doivent également communiquer une date d’expiration à la plateforme, précisePresse Citron.

Les marques, elles, demandent un meilleur contrôle. « Nous avons deux victimes dans cette histoire. Le premier est le consommateur […], le second est le fabricant du produit dont la marque et la réputation sont mises en cause, bien qu’il n’ait commis aucune faute », a regretté un porte-parole de Danone, dont certains produits sont concernés. 

Des produits illégaux en vente

En France, pour tenter de contrer ces revendeurs peu scrupuleux, certaines entreprises ont pris les devants, explique BFMTV. Le laboratoire Gallia, qui produit du lait infantile, a affiché sur son site un lien direct vers sa boutique Amazon officielle. À noter que seule l’indication « Expédié et vendu par Amazon » permet de s’assurer de ne pas effectuer un achat auprès d’un revendeur inconnu.

A LIRE >>> Il sera désormais plus difficile de trouver des produits contrefaits sur Amazon

Ce n’est pas le premier scandale à éclabousser la firme de Jeff Bezos. Cet été, le Wall Street Journal révélait que près de 4 200 produits illégaux et dangereux pour la santé des consommateurs étaient commercialisés par ses revendeurs.

Sur le même thème

Achats en ligne Amazon commerce

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique