Economie: la consommation des ménages dégringole en avril

En avril 2020, les dépenses de consommation des ménages en biens ont chuté de 20,2% en volume, par rapport à mars. Depuis le mois de février, cette baisse atteint 33,7%, chiffre l’Insee.

La consommation en volume des ménages enregistre, depuis deux mois, une baisse historique. Crédit: iStock.

La consommation en volume des ménages enregistre, depuis deux mois, une baisse historique depuis le début de la série en 1980. Une étude de l’Insee, publiée ce vendredi 29 mai, estime à 20,2% la dégringolade enregistrée au mois d’avril 2020, mois marqué par le confinement. La consommation de biens fabriqués a de nouveau très lourdement chuté (-42,6 % après -42,1%), comme les dépenses en énergie (-22,8% après -10,2 %). La consommation alimentaire s’est quant à elle nettement repliée après une forte hausse en mars (-5,4 % après +9,2%). 

Si la consommation de biens durables n’a pas été épargnée par cette chute, elle a cependant été moins forte qu’au mois de mars (–44,7%). En avril, la baisse a atteint 39,2%.  Dans le détail, la consommation de matériels de transport a diminué de 36,4%, du fait de la faiblesse exceptionnelle des ventes du secteur automobile. Les dépenses d’équipement du logement chutent également, en particulier celles de meubles et d’appareils électroménagers. Dans le secteur de l’habillement et du textile, la baisse de la consommation atteint des records (-67,4%). La fermeture des magasins est bien entendu en cause. 

Moins d’achats alimentaires

La consommation d’énergie a elle aussi baissé fortement. En particulier, la consommation de carburants, les Français confinés et en partie en télétravail ayant moins utilisé leurs voiture. Par ailleurs, la consommation de gaz et d’électricité a été marquée par un net repli, en raison de la douceur des températures.

A LIRE >> Consommation: l’Union européenne veut des appareils électroménagers réparables et économes en énergie

Côté alimentaire, la consommation a diminué par contrecoup, après la forte hausse de mars (–5,4% après +9,2%). La consommation de fruits et légumes frais a enregistré une nette baisse, tout comme celle des aliments transformés, précise enfin l’étude.

Sur le même thème

achat Coronavirus Insee

Réactions et commentaires

Sur la même thématique