La consommation des ménages reprendra-t-elle grâce à l’épargne ?

Le niveau d’épargne des Français atteindra 75 milliards d’euros en seize semaines, du 17 mars au 5 juillet, selon l’Observatoire français des études économiques (OFCE). Les pertes de revenus des ménages sont compensées par la baisse de la consommation.

La perte de produit intérieur brut représente 165 milliards d’euros sur les seize semaines de confinement et de déconfinement. Crédit : IStock.

Les deux phases de déconfinement ont permis aux Français d’épargner vingt milliards d’euros en plus : ils s’ajoutent aux 55 milliards d’euros mis de côté pendant les huit semaines de confinement, pour atteindre 75 milliards d’euros, selon l’Observatoire français des études économiques (OFCE), dans un rapport daté du 26 juin. « L’utilisation de cette épargne « forcée » est un élément clé de la reprise de l’activité au cours du second semestre 2020 et de l’année 2021 », écrit l’Observatoire, qui estime dans son étude que la perte d’activité liée à la crise sanitaire serait réduite de moitié si l’intégralité de cette épargne était dépensée. Entre le 11 mai et le 5 juillet, la part de la « consommation empêchée (..) devrait se chiffrer à 24 milliards d’euros ».

La perte de PIB représente 165 milliards d’euros sur les seize semaines de confinement et de déconfinement. Dans le détail, les ménages et les entrepreneurs individuels représentent 10% du total, soit une perte de revenus de 14 milliards. Le tiers de la perte de revenus concerne les entreprises, c’est-à-dire plus de 50 milliards d’euros. « Les conséquences de cette perte massive de revenus vont déterminer la trajectoire macroéconomique, par la réduction potentielle de l’investissement, les destructions d’emploi, les faillites d’entreprises ou les effets de richesse liés à la dépréciation des actifs », écrit l’OFCE, même si les mesures de soutien de l’Etat, prêts garantis et reports de charges fiscales, absorbent pendant un temps « ce choc inédit ».

>> Comment les épargnants ont réagi face à la crise (s’ouvre dans un nouvel onglet) »>A LIRE >>> Comment les épargnants ont réagi face à la crise

Pertes de revenus de 500 euros en moyenne pour les ménages

Pour les ménages, sur la même période, les pertes de revenus se chiffrent à 500 euros en moyenne, grâce aux dispositifs mis en place, comme la couverture partielle des revenus des indépendants ou encore le chômage partiel et l’assurance chômage. Mais ces pertes sont « plus que compensées par la diminution de la consommation ». Les 10% des ménages les plus aisés devraient voir leur épargne augmenter de 4 000 euros, malgré la baisse de leurs revenus, et ils représenteraient à eux seuls 11 milliards d’euros d’épargne soit 15% du surcroît d’épargne de tous les Français.

Concernant la reprise de cette consommation, l’OFCE note qu’il existe peu de données disponibles sur le comportement des Français depuis le début du déconfinement. Cependant, les données de mobilité (Apple Mobility) montrent un retour à la normale des comportements, sur la mobilité en voiture notamment. Selon les données de Google Maps, la fréquentation des commerces et des lieux de loisir resterait faible un mois après le début du déconfinement. « Finalement, une part significative des 75 milliards d’euros accumulés du 17 mars au 5 juillet pourrait ne pas être consommée, à court terme du moins », estime l’OFCE.

Sur le même thème

Consommation Coronavirus épargne livrets d'épargne

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique