Crédit immobilier: le chômage partiel n’est pas couvert par l’assurance « perte d’emploi »

Bien souvent, seul le licenciement économique est couvert par ce volet de l’assurance emprunteur. Alors, face à une baisse des revenus, le report des mensualités reste le plus approprié.

Le chômage partiel ne fait pas partie des conditions de l'assurance "perte d'emploi". Crédit: Istock

Les mesures de chômage partiel se multiplient dans les entreprises : selon la ministre du Travail Muriel Pénicaud, au moins 2,2 millions de salariés sont concernés. Le journal Le Monde s’interroge sur la possibilité de profiter du volet « perte d’emploi » de son assurance emprunteur pour son crédit immobilier. Sauf que le chômage partiel n’est pas inclus dans cette couverture.

En effet, comme l’indique service-public.fr, cette garantie ne couvre bien souvent que le licenciement économique, ce qui exclut de fait le chômage partiel, la démission, la rupture conventionnelle, le licenciement pour faute ou encore les fins de contrat à durée déterminée. Si les conditions sont réunies, alors une indemnisation correspondant à tout ou partie de la mensualité due est déclenchée.

A LIRE >>> Coronavirus: la Banque de France veut favoriser les crédits aux ménages et aux entreprises

La solution du report

Pour les personnes en situation en chômage partiel, la meilleure option reste encore le report des mensualités. D’autant que certains établissements, au vu de la crise, ont d’ores et déjà fait savoir que cela était une possibilité. « La situation actuelle n’est pas couverte par l’assurance ‘perte d’emploi’. Mais Cetelem a décidé de proposer, au regard de la situation de chacun de nos clients, trois reports de mensualités successifs sans frais sur les crédits amortissables à la consommation », explique au Monde Sonia Vienne, la responsable du développment à la direction du particulier BNP Paribas personal finance (Cetelem).

A LIRE >>> Crédit immobilier: des banques prêtes à repousser les échéances de remboursement

BNP n’est pas la seule. Selon Astrid Cousin, porte-parole du comparateur d’assurance emprunteur magnolia.fr, interrogée par Le Figaro, « les banques françaises s’organisent et ont donné leur accord de principe pour autoriser les reports de remboursement des mensualités d’emprunt. Si la mesure est un soulagement pour les milliers d’emprunteurs dont les revenus vont diminuer, le dispositif doit encore être détaillé ».

Sur le même thème

crédit consommation Crédit immobilier

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique