Se connecter S’abonner

Consommation, immobilier… les crédits connaissent une chute « historique » au premier semestre 2020

Les crédits à la consommation ont baissé de plus de 20% entre janvier et juin 2020, par rapport à la même période en 2019, affirme l’Association française des sociétés financières.

La crise sanitaire a eu un fort impact sur les activités de crédit. Pendant les deux premiers trimestres de l’année 2020, marqués par le confinement, les sociétés de financement, établissements de crédits et banques spécialisées ont ainsi vu une baisse leur octroi de prêts « d’une ampleur historique », selon les chiffres de l’Association française des sociétés financières (ASF).

-35,6% de crédits à la consommation entre avril et juin

Crédit à la consommation, financement des investissements et des équipements des entreprises, la baisse touche tous les crédits, pour les particuliers comme pour les professionnels. Au premier semestre 2020, les crédits à la consommation représentent 17,8 milliards d’euros. La baisse, entamée au premier trimestre (-5,4%), s’accentue au deuxième trimestre pour atteindre 35,6%.

En tout, les six premiers mois de l’année, ces crédits à la consommation ont ainsi dégringolé de 21,3%, soit « une décrue d’une ampleur sans précédent en trente ans de suivi statistique de l’activité », précise l’ASF. Pour trouver une chute aussi importante, il faut remonter au premier semestre 2009, soit quelques mois après la crise de l’automne 2008, où elle descend à -15,8%.

Les prêts personnels connaissent eux aussi une chute brutale. De janvier à juin 2020, ils atteignent cinq milliards de dollars. Sur tout le semestre, la baisse est de 26,1%. Au premier trimestre, les crédits baissaient de 6,1% tandis qu’au deuxième trimestre, ils déclinent de 45%. La diminution est notamment marquée pour l’achat de voitures d’occasion (-23,9%) comme de véhicules neufs (-23,4%).

A LIRE >>> Un mauvais calcul de taux de crédit ne justifie pas toujours une procédure judiciaire contre la banque

Une chute moins importante pour les prêts liés aux travaux de l’habitation

Avec 3,5 milliards d’euros octroyés pendant le premier semestre, les crédits renouvelables enregistrent une baisse de 20,1%. La tendance est la même que pour les autres prêts, avec un premier trimestre à -4,5% suivi d’un deuxième trimestre à -35,2%. Le seul crédit qui connaît une chute moins importante est celui dédié aux travaux et à l’équipement de son habitation. Ces prêts diminuent de 7,5% sur le semestre, pour atteindre un total de 2,1 milliards d’euros.

Du côté des entreprises, les prêts pour financer la location de matériel déclinent de 17,8% par rapport à 2019. Entre avril et juin 2020, ces crédits chutent de 33,9% après une quasi-stagnation (-0,5%) au premier trimestre. Pour les investissements immobiliers des professionnels, soit l’achat de bureaux ou de locaux commerciaux, la baisse est chiffrée à 20,6%.