Se connecter S’abonner

Formation : plus de 10.000 comptes ont été détournés par des escrocs

Une nouvelle alerte est lancée concernant des fraudes au compte personnel de formation (CPF) : 12 millions d’euros ont été détournés ces derniers mois.

Crédit : iStock.

Attention aux appels concernant votre compte personnel formation (CPF) ! Environ 33.000 personnes seraient concernées ces derniers mois, « approchées par des gens qui ont essayé de les avoir », explique au Parisien le responsable de l’expertise en cybersécurité pour le site cybermalveillance.gouv.fr, Jean-Jacques Latour. « Tout coup de fil concernant le CPF est suspect », prévient Michel Yahiel, directeur des retraites et de la solidarité à la Caisse des dépôts. Selon lui, « 12 millions d’euros ont été siphonnés, 82 organismes de formation exclus et 26 plaintes déposées devant la justice », précise-t-il au quotidien. Une alerte à la fraude avait déjà été lancée en décembre dernier sur le site dédié au CPF.

Les escrocs se seraient emparés du CPF car, depuis 2019, les comptes sont crédités en euros, et non plus en heures de formation. Cet argent est versé via la Caisse des dépôts par les employeurs sur les comptes personnels des salariés enregistrés sur la plateforme, dans la limite de 5.000 euros. Le préjudice pour les victimes oscille « de quelques centaines à plusieurs milliers d’euros », indique encore Jean-Jacques Latour. L’ampleur de la fraude inquiète suffisamment pour alerter le parquet de Paris. Il a ouvert une enquête, selon le Parisien, pour « atteinte à des systèmes de traitement informatique », « extractions frauduleuses de données » et « escroquerie en bande organisée », avec le risque d’écoper de « 375.000 euros d’amende et de dix ans d’emprisonnement ». Toutefois, les plaintes sont rares, selon l’expert de cybermalveillance.gouv.fr. « Parfois, les victimes reçoivent un pauvre PDF et ne comprennent même pas que la formation était bidon », raconte-t-il à nos confrères.

Centres d’appels à l’étranger

Le modus operandi est souvent le même : les escrocs se font passer pour des agents de la Caisse des dépôts ou encore du ministère du Travail. Ils obtiennent le numéro de sécurité sociale, le mot de passe, ainsi que les données personnelles pour se connecter au CPF de la victime. Les euros sont ensuite redirigés vers des sociétés qui usurpent l’identité d’organismes de formation. Il s’agirait pour Jean-Jacques Latour d’une « activité mafieuse », organisée autour de « centres d’appels qui marchent toute la journée pour essayer de vider les comptes », explique l’expert au Parisien. Ces appels proviennent souvent d’Afrique et de pays anglophones selon lui. Une certification des organismes de formations agréés devrait être créée selon le quotidien pour freiner les escroqueries. Une précaution a été prise depuis le mois de janvier. La plateforme utilise désormais FranceConnect, une technologie qui offre une sécurité de plus à la connexion.